mercredi 30 novembre 2016

David Rachline : le Front National "ne reviendra pas sur la loi Veil"

Rachline Fréjus 2

Quarante ans après l'adoption de la loi Veil, l'interruption volontaire de grossesse est de nouveau au cœur du débat parlementaireLaurence Rossignol, ministre des Droits des femmes, présente ce mercredi 30 novembre une proposition de loi visant à sanctionner les sites, qui sous couvert d'information, dressent le réquisitoire de l'avortement. L'Église dénonce une entrave à la liberté d'expression. Avant toute chose, David Rachline, sénateur-maire de Fréjus, tient à clarifier la position du Front National sur le sujet. "Nous ne reviendrons évidemment pas sur la loi Veil. Il n'est pas question d'enlever ce droit aux femmes, bien sûr. Si des bêtises sont dîtes sur Internet, il faut les contredire. Mais il ne faut pas interdire la possibilité pour un certain nombre de gens de s'exprimer. Je reste le partisan de la liberté d'expression."

Au micro de RTL, David Rachline s'étonne de l'ampleur qu'a pris ce dossier : "Est-ce que le gouvernement n'a pas autre chose à faire que de s'occuper de ce genre de sujet ? Quel besoin a le gouvernement d'ouvrir ce débat alors que personne ne remet en cause la loi ? Ce droit à l'avortement n'est remis en cause par personne. Il n'y a pas un responsable politique aujourd'hui qui vous dit : "On est contre". Pendant la campagne de l'entre-deux tours de la primaire de la droiteAlain Juppé a pointé les ambiguïtés de François Fillon sur le sujet.

Le sénateur préfère y voir une manœuvre politique. "C'est quoi l'objectif ? C'est de diviser les Français, c'est de faire un nouvel affrontement au moment où plutôt il devrait se concentrer sur la problématique de l'emploi ? Si on veut protéger les femmes, qu'on aille combattre l'islamisme dans les banlieues, combattre ceux qui les tabassent quand elles s'habillent en jupe."

Par Elizabeth Martichoux  et Ludovic Galtier le 30/11/2016

RTL