lundi 28 novembre 2016

Docteur François et Mister Fillon, le roman de notre schizophrène national

Fillon Hyde


Par Philippe Loiseau, Député FN au Parlement européen le 6/11/2016

Deux faces consubstantielles pour un même personnage, tel est le sujet du célèbre roman de Stevenson, Docteur Jekyll et Mister Hyde. Un homme, en France, en 2016, incarne mieux que quiconque cette duplicité. Il s’appelle François Fillon. Retour vers le passé, et donc prévisions du futur, quant à l’incohérence constante du candidat à la primaire entre ses paroles et ses actes.

En 2007, il assène fermement : « La France est en état de faillite. » Quatre mois après sa nomination en tant que Premier ministre, on se dit qu’un constat percutant et lucide ne peut qu’être suivi de mesures analogues.

Que nenni !

À l’issue de cinq ans de gouvernement, la dette publique est passée de 1.216 milliards d’euros en 2007 (64,4 % du PIB) à 1.841 milliards d’euros en 2012 (90,6 % du PIB) ! Le paroxysme a lieu en 2009, en plein cœur du gouvernement Fillon II.
 
Cette année-là, les administrations publiques, et donc principalement l’État, ont dépensé 143 milliards d’euros de plus que le total de toutes les recettes publiques. Docteur François déclare que la France est en faillite, Mister Fillon se plaît à aggraver la situation.

En 2013, il affirme sur France 2 qu’il y a trop d’immigrés en France. Soit. Comment justifier, alors, que durant cinq années de gouvernement Fillon, le nombre d’entrées annuelles légales d’immigrés n’a cessé de croître, passant d’environ 195.000 pour l’année 2007 à environ 235.000 pour l’année 2012 ? Docteur François affirme qu’il y a trop d’immigrés en France, Mister Fillon les a fait entrer.
Enfin, récemment, face à Léa Salamé et David Pujadas, notre schizophrène national a fièrement brandi sa philosophie souverainiste. Un schizophrène qui se perd logiquement dans les méandres de ses deux cerveaux. Son premier intellect, qui le pousse en 1992 à combattre le traité de Maastricht, lui ordonne subitement, depuis quelques semaines, de se dire souverainiste.

Comment concilier sans ciller avec son deuxième moteur cérébral ? Celui-là même qui lui a fait faire campagne pour le « Oui » en 2005 ! Docteur François est souverainiste et Mister Fillon milite pour une Constitution européenne contre l’avis du peuple, pour un gouvernement commun de la zone euro quand celle-ci n’est plus qu’une ZAD en lambeaux, et propose un programme ultralibéral quand le besoin de protectionnisme se fait de plus en plus ressentir

Pour qui vont donc voter ces électeurs, cocufiés par Nicolas Sarkozy et François Fillon de 2007 à 2012 ? Pour Docteur François ou Mister Fillon ?