mardi 29 novembre 2016

Genlis : une enfant de 4 ans violée dans son école

Gendarmerie véhicules

Les faits se sont déroulés le 16 novembre, dans une école élémentaire de Genlis : une fillette de 4 ans, scolarisée dans l’établissement, aurait été violée par un enseignant remplaçant, âgé d’une quarantaine d’années. L’homme a été rapidement interpellé par les gendarmes de la brigade locale et leurs collègues de la brigade des recherches de Dijon, et placé en garde à vue.

Il nierait les faits dont il est suspecté. Il a été présenté au procureur de la République, puis conduit devant le juge des libertés et de la détention et placé sous mandat de dépôt provisoire à la maison d’arrêt de Dijon.

Une information confirmée par le rectorat, qui a diffusé ce mardi matin un communiqué :

«Suite à des informations graves communiquées le mercredi 16 novembre à la direction des services départementaux de la Côte-d’Or, un professeur des écoles a été suspendu à titre conservatoire dès le jeudi 17 novembre.

Ce professeur n’est pas connu des services de justice et aucun fait similaire n’est à ce jour inscrit à son casier judiciaire. La rectrice de l’académie de Dijon et l’inspectrice d’académie de Côte-d’Or ont immédiatement pris toutes les mesures nécessaires pour accompagner la communauté éducative et pour apporter tout le soutien nécessaire aux familles et aux enseignants.
Ainsi, dès le vendredi 18 novembre, la procureure de la République et l’inspectrice d’académie de Côte-d’Or se sont rendues à l’école maternelle La Chênaie de Genlis (Côte-d’Or), afin d’informer les enseignants et les familles des procédures administratives et judiciaires mises en œuvre. Une cellule médico-psychologique a été mise en place le jour même.

L’inspecteur de circonscription a rencontré les parents délégués de l’école le lundi 21 novembre pour leur apporter toutes les informations nécessaires.
Une enquête judiciaire est en cours sous l’autorité d’un juge d’instruction du Tribunal de Grande Instance de Dijon.»

Quelques minutes plus tard, Marie-Christine Tarrare, procureur de la République a également publié un communiqué  :  
"Le procureur de la République de Dijon, confirme les termes du communiqué transmis ce matin par l'académie de Dijon.

Une fillette âgée de 4 ans a révélé à sa famille, mi-novembre 2016, avoir été victime d'attouchements de la part de l'instituteur remplaçant intervenant dans sa classe.

Le professeur des écoles concerné est âgé de 42 ans, marié et père de famille. Il exerce depuis 2007 et n'a jamais été mis en cause pour de tels faits. Il n'a pas d'antécédents judiciaires.

Il a été placé en garde à vue par les services de gendarmerie chargés de l'enquête préliminaire et à l'issue il a été présenté à un juge d'instruction qui l'a mis en examen des chefs de viol et agressions sexuelles sur mineure de 15 ans par personne ayant autorité, le 19 novembre 2016. La peine encourue est de 20 ans de réclusion criminelle.

Il a été placé en détention provisoire pour les nécessités des investigations à poursuivre.
Cette enquête est désormais suivie par un juge d'instruction et aucune information complémentaire ne sera communiquée."

En fin d'après-midi, Marie-Christine Tarrare, procureur de la République, a tenu une conférence de presse à la Cité judiciaire, à Dijon :

"L'idée de cette rencontre de vendredi soir avec les parents et enseignants était d'expliquer la procédure mise en place. Ça a permis d'avoir une parole commune Education nationale et Justice et éviter que se propagent les rumeurs.

Le juge d'instruction a rencontré la personne en garde à vue. L'enseignant est actuellement en détention provisoire. L'enquête se poursuit, c'est aujourd'hui le juge d'instruction qui décide.

C'est une personne qui a été directeur d'une école élémentaire. C'est quelqu'un qui n'a pas d'antécédents judiciaires.

La petite fille a dit des choses dans le cadre familial.

On a saisi du matériel informatique chez lui qui est en cours d'exploitation.

De ce que dit l'enfant, cela s'est passé dans le cadre scolaire. "

Le 29/11/2016

Le Bien Public