mercredi 30 novembre 2016

Près de 1.400 réfugiés vont être accueillis chez des particuliers

Clandestins Paris 2016

Près de 1.400 réfugiés vont être accueillis chez des particuliers, pour une période allant de trois mois à un an, dans le cadre du projet "hébergement citoyen" présenté ce mercredi par la ministre du Logement Emmanuelle Cosse.
    
Onze associations, sélectionnées dans le cadre de cet appel à projet lancé en août, accompagneront les réfugiés et les familles dans cette initiative qui vise à "donner des conditions d'accueil dignes" aux 1.361 réfugiés retenus et "leur permettre de se construire un avenir en France", a indiqué la ministre lors d'une conférence de presse.
    
L'expérience, prévue pour durer deux ans, vise uniquement des réfugiés statutaires, c'est à dire ayant obtenu l'asile, mais pas les demandeurs d'asile ni les exilés n'ayant pas entamé de démarches.

846 réfugiés hébergés en Ile-de-France et 515 en régions

Ils seront hébergés à titre gratuit ou "selon une participation définie en fonction de leurs ressources", dans des logements comportant "au moins une chambre privative", précise le ministère.
    
Les associations toucheront, pour leur part, une aide pouvant atteindre 1.500 euros par an et par personne aidée. Elle seront chargées d'identifier les familles volontaires et les réfugiés, et de "procéder à l'assemblage qui semble le plus pertinent", a expliqué la directrice générale du Samu social de Paris.
    
Mais les associations devront aussi assurer l'accompagnement, notamment pour les démarches administratives, la formation linguistique et l'insertion. Car le logement chez des particuliers augmente aussi les chances de trouver un emploi. "En Ile-de-France, 44% des réfugiés que nous avons accompagnés ont trouvé un travail grâce à la famille", a assuré un membre de l'association Singa.

Au total, 846 réfugiés seront hébergés en Ile-de-France et 515 en régions.

Le 30/11/2016


Note BYR : A-t-on demandé l'avis des Français ? Ceux qui accueilleront les fameux réfugiés ont assurément des voisins... Ces derniers, eux, ne sont pas forcément volontaires. Emmanuelle Cosse ou l'immigration/invasion organisée...