mercredi 21 décembre 2016

2017: quand la presse parie sur un retour de Hollande dans la course

Hollande déprimé

François Hollande se préparerait-il à faire son retour dans la course à l'Elysée ? C'est ce que pensent plusieurs médias, citant cette semaine les propos de plusieurs proches du président. En annonçant sa décision de ne pas briguer un second mandat, le chef de l'Etat n'aurait que reculé pour mieux sauter. Plusieurs données viennent appuyer une telle hypothèse.

Comme le rapporte Le Point ce mercredi, le président encore en fonction reçoit actuellement ses proches, avant de quitter l'Elysée. A l'un de ses visiteurs, il aurait tout d'abord confié qu'il regrettait déjà son renoncement. "Vous aurez remarqué que je n'ai pas annoncé mon retrait de la vie politique", aurait-il aussi ajouté.

Rester au-dessus de la mêlée

Ensuite, il serait déçu de constater que Manuel Valls, son ancien Premier ministre, ne semble pas en mesure de rassembler la gauche. En retrait dans les sondages, l'ancien locataire de Matignon ne réalise pas pour l'instant la "percée" espérée par le président sortant. 

Le Figaro, qui étudie aussi cette piste du retour de François Hollande, pointe en outre le fait que le chef de l'Etat a choisi de rester au-dessus de la mêlée de la primaire. Un moyen, d'après l'un de ses proches, de réussir sa sortie. "Ce pari d'une sortie honorable a pour corollaire un maintien à distance de la campagne de la primaire puis de la campagne présidentielle", analyse le quotidien.

Cette position non partisane semble d'ailleurs appréciée des Français, puisque d'après une étude d'Odoxa publiée le 9 décembre, 60% d'entre eux souhaitent qu'il ne prenne pas position pour un candidat.
Vers un scénario "Hollande bis"?

Autre point positif, dans les jours qui ont suivi son annonce, le chef de l'Etat a réalisé un bond de 13 points de bonnes opinions. Actuellement, il bénéficie toujours d'un regain de popularité dans les sondages qui, s'il reste timide, n'en est pas moins une première depuis de longs mois. D'après le baromètre Ifop-JDD publié le 18 décembre, la cote de popularité du président atteint 19%, soit une hausse de quatre points. 

D'après plusieurs hollandais, le scénario "Hollande bis" pourrait surtout s'imposer si le vainqueur de la primaire de gauche échouait à rassembler et surtout à distancer les candidats hors primaire, comme Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

Qu'elle soit réaliste ou non, cette idée montre en tout cas que certains soutiens du président partagent son optimisme. "Ils rappellent que le président peut éventuellement se déclarer jusqu'à la fin mars, comme Mitterrand l'avait fait en 1988", précise Le Figaro. La gauche n'est peut-être pas au bout de ses surprises.

Par Charlie Vandekerkhove le 21/12/2016

BFM-TV