vendredi 9 décembre 2016

Candidats diplômés, aguerris, formés : le FN joue la crédibilité aux législatives

Bullltins de vote FN

Le Front National fourbit discrètement ses armes pour les élections législatives. Le parti de Marine Le Pen vient en effet de terminer ses pré-investitures pour juin 2017. Et les statistiques interne sur le profil des candidats, qu'Europe 1 a pu se procurer en exclusivité, témoigne d'une certitude : fini le cliché du jeune caissier qui ne connait presque rien à la politique mais accepte de rendre service à un parti en mal de candidats ; ces derniers sont désormais beaucoup plus aguerris.

Plus de 45% ont un Bac +4.

Cela se voit, Marine Le Pen a eu le choix. Souvent, quatre ou cinq personnes ont postulé pour se présenter dans une même circonscription. La présidente du FN a donc pu faire le tri, choisir les plus qualifiés. Ainsi, plus de 45% des candidats ont au moins un Bac +4. À l'inverse, moins de 6% n'a pas le baccalauréat en poche. Un peu moins de deux sur dix sont cadres dans le privé ou exercent une profession libérale. Parallèlement, la proportion d'ouvriers, d'employés et de retraités diminue nettement et atteint la moyenne nationale. Certains diront que le FN s'embourgeoise

Souvent déjà élus.

En ce qui concerne l'âge des candidats, quadras et quinquagénaires prennent le pouvoir. La moyenne est à 47 ans. Et la parité est quasiment respectée, avec 247 femmes pour 259 hommes. Mais le chiffre le plus frappant est peut-être celui-ci : 80% des candidats aux législatives ont déjà un mandat local, notamment dans un conseil municipal, départemental ou régional. À titre de comparaison, ils étaient à peine 10% dans ce cas en 2012.

Des candidats sérieux et attractifs.

En voyant ces statistiques, une conclusion s'impose : Marine Le Pen a gagné son pari. Depuis qu'elle est à la tête du FN, la fille de Jean-Marie Le Pen a tout misé sur les scrutins locaux et cela a porté ses fruits. Au bout de cinq ans, la voilà avec des candidats plus sérieux, qui attirent les électeurs. Certains osent se lancer aujourd'hui dans la conquête d'un siège à l'Assemblée car ils ont une réelle chance de l'emporter. Tous ne sont d'ailleurs pas des frontistes de toujours. Sur les 506 pré-investis, 28 candidats viennent de l'ex-UMP (aujourd'hui Les Républicains), 25 de Debout La France, parti de Nicolas Dupont-Aignan, 5 du centre et 7 du Parti socialiste. Quatre ont même traversé l'intégralité de l'échiquier politique, puisqu'ils étaient avant au Parti communiste, au Front de Gauche ou au NPA.

Coaching hebdomadaire.

Pour le FN, l'enjeu est d'obtenir un groupe à l'Assemblée, soit au moins 15 députés. Pour cela, il ne suffit pas que les candidats soient crédibles sur le papier. Depuis septembre, ils sont également coachés, et reçoivent une note hebdomadaire très précise qu'Europe 1 a pu consulter. On y trouve des détails pratiques sur la colle à papier peint pour les affiches, mais surtout des consignes stratégiques. La fiche numéro 4, "ne pas hésiter à écarter les militants incapables de maîtriser leurs nerfs", prouve que le FN craint encore et toujours des dérapages. La fiche numéro 11 stipule que "les médias exercent un rôle noble et indispensable", ce dont Marine Le Pen elle-même n'est pas vraiment convaincu. Mais qu'importe, l'heure semble être d'abord à l'apaisement. "Avant d'incriminer les médias malhonnêtes, le candidat gagnera à se remettre en cause lui-même." Une page se tourne.

Analyse de la primaire de la droite.

Enfin, la primaire de la droite aura sans doute des conséquences sur ces investitures. Les équipes de Marine Le Pen analysent en ce moment les chiffres de la participation à ce scrutin. Dans les circonscriptions où les bureaux de vote sont restés quasiment déserts, cela signifie que la droite est à la peine. Et le FN compte bien en profiter en plaçant ses meilleurs candidats.

Par Maxence Lambrecq avec M.B. et Benoît Pasteau le 08/12/2016

Europe 1