mardi 27 décembre 2016

Jean-Claude Juncker veut ouvrir les frontières en grand : alerte au fou !

Commission européenne Juncker


Par Gabriel Robin, SG du CLIC le 27/12/2016

« .E.T. téléphone Jean-Claude Juncker. Rentrer chez toi » Message reçu cinq sur cinq par le meilleur ambassadeur de l’Union européenne auprès des planètes habitées du système solaire.

Jean-Claude Juncker est connu pour ses fréquents excès éthyliques qui parviennent à conférer un peu de jovialité à ce morne fonctionnaire luxembourgeois. Après le réveillon de Noël, qu’il faudra rebaptiser pour complaire aux hiérarques dans son genre, gageons que le président de la Commission européenne n’a plus toute sa tête au bout de la troisième bouteille de schnaps pour sortir des bêtises pareilles… Il nous avait habitués au pire, mais il se surpasse pourtant à chaque fois

Pour répondre au terrorisme, monsieur Juncker a des idées novatrices : « Nos valeurs, notre façon de vivre ensemble en liberté et notre ouverture sont nos meilleurs moyens de lutter contre le terrorisme. » C’est tellement facile qu’on se demande bien pourquoi nous n’y avions pas encore pensé ! Bon sang, restaurer les frontières ne servirait à rien. Il faut les ouvrir en grand pour que cessent les attaques terroristes islamistes en Europe. Du génie pur. S’opposant à la « rhétorique de l’exclusion » qui prévaudrait dans les cénacles dangereux des nouveaux populistes européens, le champion des valeurs suprêmes des l’Union européenne pense que l’Europe doit, avant toute autre chose, continuer « à offrir un abri aux personnes qui fuient les zones de guerre ». Et à tous les autres, cela va sans dire.

Anis Amri, auteur de l’attentat de Berlin, était un blédard psychopathe gagné au salafisme qui a quitté un pays en paix.

Il n’avait rien d’un « réfugié » ou d’un « exilé ». Pourtant, il était un « migrant » ; c’est du moins le nom que l’on donne désormais aux gens comme lui. « Envahisseur clandestin » me semblerait plus approprié, mais je ne suis pas un journaliste subventionné.

Bref, comprenons que nous sommes dirigés par des fous dangereux. Ni plus, ni moins.

Un des arguments phares de la gauchosphère médiatique, propriétaire jalouse de la pensée dominante, serait que les Européens ne pouvaient pas voyager avant l’avènement des accords de Schengen. Évidemment, il s’agit d’une absurdité que dément l’Histoire. Lord Byron n’avait-il pas visité l’Europe, du Portugal à la Grèce en passant par l’Espagne et Malte ? Les Européens n’ont pas attendu l’Union européenne ou, plus grotesque encore, les accords de Schengen pour comprendre que leurs cultures procédaient d’un même fonds indivis. La seule différence est que les frontières filtraient les arrivants, chassant les terroristes, les malfaiteurs et les clandestins.

En outre, l’Europe était jadis européenne.

Pas un seul des dirigeants actuels de l’Union, nationaux comme supranationaux, n’est à la hauteur du défi qui nous attend, comparable aux invasions barbares des Ve et Ve siècles après Jésus-Christ, exception faite des membres du groupe dit de Visegrád.

Les élections à venir, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France, seront fondamentales. Avez-vous envie de vivre dans un pays qui ressemble à une blague ?