samedi 10 décembre 2016

Les rats quittent le navire pour de nouvelles cuisines

Ratatouille

Ces derniers jours, les rats (les rongeurs, précisons tout de même !) ne sont pas en odeur de sainteté dans les deux plus grandes métropoles de France puisqu'aussi bien la Ville de Paris et celle de Marseille ont déclarés un "état d'urgence sanitaire" contre eux.

Mais il n'y à pas que les rats qui sont en attente de sombrer : les collaborateurs des ministres socialistes (qui savent très bien qu'il n'ont plus que quelques mois devant eux) quittent le navire gouvernemental et essaient de se retrouver des postes dans la haute-administration ou dans le privé qui ne dénoteront pas sur leur plan de carrière.

Et pour cela, quelques uns des ministres de Bernard Cazeneuve se mouillent !

Ainsi en est-il de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui envisage de faire nommer l'un de ses conseillers, Frédéric Vannier comme directeur adjoint de l’institut de cancérologie Gustave-Roussy de Villejuif (Val-de-Marne) ou encore de sa collègue "castriste" Ségolène Royal qui verrait bien l'un de ses conseiller budgétaire à la direction de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME)...

Certes, il y a des protestations.

Mais face à une "vieille tradition" entretenue aussi bien lors des mandats de Chirac et Sarkozy, ces protestations qui viennent d'un personnel consterné de voir des gestionnaires politiques débarquer dans des domaines qu'ils ne connaissent pas vraiment (l'exemple le plus frappant de ces dernières années et celle de la journaliste Catherine Pégard qui, du cabinet présidentiel de Nicolas Sarkozy, à été débarquée à la présidence de l’établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, sans aucune connaissance ni expérience sur le sujet !) ne tiendront pas longtemps la route.

Un ouvrier à qui l'on dit qu'à la fin du mois son contrat ne sera pas renouvellé n'aura pas la chance de voir se démener son patron pour lui retrouver un poste...

Pour lui , il y a Pôle emploi.

GS