mardi 13 décembre 2016

Nouvelle Calédonie : un appel à témoins pour arrêter un homme qui veut tuer un gendarme

Gendarmerie Saint-Louis NC

La gendarmerie de Nouvelle-Calédonie a lancé un appel à témoin pour retrouver un individu “dangereux”, soupçonné d’être le meneur des troubles, qui se produisent depuis fin octobre à St Louis dans la banlieue de Nouméa, a-t-elle indiqué.

Cet avis concerne Ramon Noraro, un homme âgé de 34 ans, déjà condamné pour des violences contre les forces de l’ordre et résidant à la tribu de St Louis, une communauté kanak de 1.400 habitants située au Mont-Dore. Cet appel à témoin intervient alors que le week-end dernier les gendarmes ont été “pris pour cible par une dizaine d’individus lourdement armés”, selon un communiqué du haut-commissariat de la République, lors d’une intervention pour faire cesser des jets de pierre sur les automobilistes et dégager la route entravée par divers obstacles.

Face “à ces tirs nourris de gros calibres” qui ont atteint les véhicules des forces de l’ordre, les gendarmes ont été amenés à riposter. “Leur but n’est pas seulement d’agresser les automobilistes mais bien de nous attirer dans des embuscades et créer ainsi les conditions favorables à un tir mortel sur un gendarme”, a déclaré mardi aux Nouvelles-Calédoniennes, le commandant de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, Emmanuel Miglierina.

Les troubles se multiplient dans cette tribu sensible depuis que William Decoire, prisonnier en fuite, a été tué le 29 octobre par un gendarme alors qu’il tentait de foncer sur un barrage au volant d’une camionnette. Une dizaine de gendarmes ont été blessés lors des incidents qui ont eu lieu depuis à St Louis et qui créent un climat de peur pour les automobilistes empruntant la route qui la longe.

La Gendarmerie soupçonne Ramon Noraro d’avoir “comme intention claire de tuer un gendarme” et d’avoir “fédéré autour de lui une bande d’individus pour la plupart très jeunes, fanatisés dans la haine de la représentation de l’Etat”, selon les déclarations du colonel Miglierina au quotidien local.

Cinq personnes dont deux mineurs sont actuellement en détention dans le cadre des enquêtes en cours, selon des informations communiquées le 5 décembre par le Parquet. Des renforts de policiers et de gendarmes sont annoncés d’ici au mois de février en Nouvelle-Calédonie tandis que le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, y est attendu jeudi pour une visite de cinq jours.

L'Essor de la Gendarmerie