jeudi 22 décembre 2016

Présidentielle 2017 : Marine Le Pen se prépare à sa campagne éclair

Marine Cow-girl 1

Marine Le Pen trépigne.

La présidente du Front National nous l'a dit plusieurs fois : elle a des fourmis dans les jambes. Mais les primaires, celle de la droite d'abord, puis celle de la gauche aujourd'hui, la paralyse. Ce n'est donc que début février qu'elle va entrer dans le dur. Il restera peu de temps. "Nous sommes contraints de faire une campagne courte", admet un proche de la patronne. Ça va durer 2 mois, rendez-vous pour le premier meeting à Lyon le 5 février prochain.
 
Marine le Pen ne reste pas inerte pour autant, ce n'est pas son genre, pendant que ses concurrents s'échauffent dans le cadre de la primaire. Elle se prépare à cette campagne éclair : douze semaines, pas plus

Et c'est sur ce temps assez court que Marine Le Pen va jouer l'année la plus décisive de sa carrière politique.
Quels sont ses espoirs pour 2017 ?

Ses espoirs sont immenses, rien d'autre que l'emporter. Ça parait évident aujourd'hui. Sauf que ça ne l'a pas toujours été. La candidate a évolué ces dernières semaines parce que la réalité c'est qu'au Front National, il y avait des doutes, des sceptiques. D’ailleurs, les sondages même s’ils ont été très hauts, ne donnaient jamais la victoire finale à portée de main. Or, les derniers tremblements de terres politiques, le BrexitDonald Trump, le "non" au référendum italien, ont clairement modifié la donne...

"Oui, ce sont des signes qui nous donnent de l'espoir", confie un proche de Marine le Pen. La presse internationale a d'ailleurs longuement enquêté sur le phénomène Marine le Pen et sachez qu'après Trump, c'est donc vers la France que les yeux de l'Europe sont tournés. La stratégie a changé après le Brexit et la victoire de Donald Trump dans la manière de faire campagne. En marge des grands meetings - il y en aura une dizaine - Marine le Pen va se rendre dans beaucoup de petits villes, elle en prépare aussi dans des fermes, devant des usines. Partout où il y a des traces d'une mondialisation malheureuse.
Poutine à l'Est, Trump à l'ouest... Marine le Pen rêve de constituer un trio

Le Brexit, lui, valide un positionnement politique. Le FN s'est un peu cherché sur la question de l'Europe. Le vote en Angleterre arrête une stratégie, fixe l'argumentaire : on peut sortir de l'Europe. L'objectif pour Marine Le Pen sera de montrer, dans les dernières semaines de la campagne, que le Brexit est positif pour l'Angleterre, contrairement à ce que disent ses concurrents

Dans son esprit, Marine le Pen, a déjà gagné. On prépare même déjà les arguments de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

Surtout face un Front républicain auquel elle s'attend. Un cadre du FN confie : Marine Le Pen va s'attacher à prévenir les Français qu'il y aura de l'hystérie dans l'entre-deux-tours. Peut-être même des manifestations. Il sera donc difficile de faire campagne. Alors on essaiera, dit-il, de transformer ce deuxième tour en campagne référendaire, en référendum : pour ou contre le système ? Et c'est une stratégie que le parti va mettre en place dès le début d'année.

La victoire finale reste une difficulté majeure pour Marine le Pen

C'est toute la question du report de voix. Comment progresser entre le premier et le second tour ? Par exemple, lorsque Marine le Pen s'est présentée aux régionales dans les Hauts-de-France, son score était de 40% au premier tour, 42 au second. D'abord nettement en tête, puis nettement battu. Ça va être un enjeu pour la candidate en 2017 : ratisser le plus large possible.
 
Si Marine le Pen est éliminée dès le premier tour, ce serait clairement un échec. Pendant des mois et des mois, la candidate a flirté avec les 30% d'intentions de vote, la qualifiant systématiquement pour ce second tour.

Par Julien Fautrat le 22/12/2016

RTL