mardi 10 janvier 2017

2017 : avec Bayrou candidat, Le Pen devancerait Fillon au premier tour

Sondage orange

L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy perd du terrain.

Marine Le Pen devancerait François Fillon au 1er tour de l'élection présidentielle si François Bayrou annonçait sa candidature, selon un sondage Ifop-Fiducial diffusé mardi. Avec 26 % à 26,5 % d'intentions de vote, la présidente du Front National gagne 2 à 2,5 points et devance à nouveau le candidat de la droite, crédité de 24 % à 25 %, qui en perd lui 3,5. Début décembre, François Fillon devançait la candidate frontiste de 3,5 à 4 points, dans l'euphorie de sa victoire à la primaire de la droite. Au second tour, l'ancien Premier ministre l'emporterait avec 64 % (- 1) d'intentions de vote contre 36 % (+ 1) à la candidate du FN.

Avec 17 % à 20 % (+ 3 à + 3,5), selon les hypothèses, Emmanuel Macron se classe 3e du 1er tour, devant Jean-Luc Mélenchon, crédité de 11,5 % à 13 % (- 0,5 à - 2), selon cette enquête pour i>Télé, Paris Match et Sud Radio.

Une claque pour le PS

Le candidat socialiste, qui sera désigné par la primaire de la gauche, arrive en 5e position dans tous les cas de figure, avec 10,5 % (+ 0,5) d'intentions de vote dans l'hypothèse où Manuel Valls représenterait le PS, 6 % (+ 2) pour Benoît Hamon, 5,5 % (-0,5) pour Arnaud Montebourg et seulement 2,5 % pour Vincent Peillon. François Bayrou, qui n'a pas encore dit s'il était candidat une quatrième fois à présidentielle, est crédité de 5,5 % à 7 % des voix (- 1 à - 2 points), selon le vainqueur de la primaire organisée par le Parti socialiste.

Bien qu'Emmanuel Macron soit donné systématiquement en 3e position au 1er tour, et au moins 5 points derrière François Fillon, soit au-delà de la marge d'erreur, il est testé par l'Ifop comme candidat de second tour. Dans cette hypothèse, l'ancien ministre de l'Économie l'emporterait face à Marine Le Pen (65 % contre 35 %), mais aussi face à François Fillon (52 % contre 48 %).

Enquête réalisée en ligne du 3 au 6 janvier auprès de 1 860 personnes inscrites sur les listes électorales « représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus », selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1 à 2,2 points.

Le 10/01/2017

Le Point