jeudi 12 janvier 2017

Diesel, voies sur berge, Rivoli : demandons leur avis aux franciliens

WDSJ 2016

Communiqué de Wallerand de Saint-Just, Président du groupe FN-IDF Bleu Marine au Conseil régional d’Île-de-France et d’Huguette Fatna, conseiller régional, membre de la commission « environnement et aménagement du territoire ».

Anne Hidalgo, Ségolène Royal, et depuis peu Valérie Pécresse, se livrent à une surenchère navrante autour de la diminution de la place de la voiture dans la capitale, enchainant contre-vérités dogmatiques et projets néfastes à la santé économique de Paris et à la vie quotidienne des franciliens. En effet, si les problèmes de pollution atmosphériques sont bien réels, les attaques à répétitions contre les automobilistes ne résoudront en rien la question. Mise en avant pour des raisons bassement politiciennes, cette fixation sur l’automobile empêche de prendre la mesure réelle du problème et donc d’agir efficacement.

La vérité est simple : selon les chiffres d’Airparif, la pollution automobile d’origine francilienne ne représente que 15% de l’ensemble. Par ailleurs, les moteurs diesels ne sont aujourd’hui pas plus polluants que les moteurs essence, le progrès technologique permettant de confiner les particules fines dans de nouveaux réservoirs (revue Challenges de cette semaine). Le diesel consommant moins de carburant, il produit moins de CO2 que l’essence. Ajoutons que la fermeture de voies de communication majeures à l’échelle régionale et la restriction drastique du stationnement entraine d’importants encombrements, et par conséquent une augmentation de la pollution.

Le Front National défend l’efficacité, l’écologie réelle et ceux qui travaillent et vivent en Île-de-France. Il s’oppose à ces politiques aussi démagogiques qu’inefficaces, voire contre-productives. Les axes de circulations parisiens majeurs concernent tous les franciliens, bien au delà de la seule ville de Paris. Ce sont des artisans en intervention, des professionnels de santé en visite domiciliaire, des familles en promenade, des gens qui travaillent, font vivre la capitale, et ne peuvent en général pas substituer les transports en commun à leur automobile.

Nous demandons par conséquent que l’ensemble des axes de circulation majeurs de la ville de Paris soient considérés comme étant d’intérêt régional et ne dépendent plus de la seule gestion de la ville de Paris. Nous demandons par ailleurs que chaque projet d’aménagement majeur de ces axes fasse l’objet de référendums locaux à l’échelle de l’ensemble de l’Île-de-France.

Front National