jeudi 19 janvier 2017

Fonctionnaires et futurs fonctionnaires : l’espoir patriote en 2017 !

FNJ bannierejpg

Tribune libre d’Arnaud de Rigné, Membre du Bureau National du FNJ, Coordinateur des départements du Pays-de-la-Loire, Secrétaire départemental-Jeune de la Loire-Atlantique du 09/01/2017

Jeune fonctionnaire, futur fonctionnaire encore étudiant, fonctionnaire chevronnéles problématiques sont les mêmes : le désir de servir l’Etat, de servir la France, et d’assurer l’intérêt général du peuple français !

On oublie bien trop souvent que le travail d’un fonctionnaire est avant tout de servir son pays. Policier, pompier, infirmier, mais aussi directeur général des services d’une collectivité territoriale : c’est la mise en oeuvre de services publics indispensables à la nation ! Les candidats qui, de façon démagogique, veulent supprimer des centaines de milliers de postes n’ont aucune idée des conséquences que cela pourrait avoir sur nos services publics. Le passage à 39 heures payées 37, alors que de plus en plus de facteurs se suicident suite aux nouvelles cadences de travail à la Poste est tout simplement injuste.

La décentralisation aura eu cet effet pervers d’augmenter sans mesure le nombre de fonctionnaires territoriaux. Celui-ci devra être en effet rationnalisé progressivement à la suite d’une réforme de simplification administrative voulue par Marine. Le quinquennat Sarkozy-Fillon est comptable d’avoir réduit le nombre des fonctionnaires d’Etat pourtant indispensables à la nation, en ignorant délibérément la multiplication, souvent sans fondement, d’agents des collectivités, entraînée par l’empilement des échelons territoriaux.

La jeunesse française n’a pas à faire les frais d’une décentralisation mal conçue, contestable jusque dans ses principes et condamnable du fait qu’elle implique d’importantes suppressions de postes dans les services publics de l’Etat.

Le plan de réformes majeures que propose Marine aura deux conséquences importantes : d’une part, une grande simplification administrative, avec la suppression de nombreux échelons administratifs inutiles, tels que la région ou l’intercommunalité, qui, en récupérant des services publics d’autres collectivités territoriales, les ont en réalité largement décimés. D’autre part, une inversion du recrutement des fonctionnaires : nous avons besoin de davantage d’agents publics et de fonctionnaires d’Etat, pour réparer les erreurs des quinquennats précédents, notamment en matière de police, mais aussi pour les hôpitaux et pour la Poste, qui souffre de ses compressions d’effectifs ! Par contre, nous devons mettre des règles bien plus strictes pour le recrutement de nos fonctionnaires territoriaux qui, à cause de la multiplication du nombre de collectivités territoriales, ont vu leur effectif gonfler et la charge financière exploser !

FNJ