mardi 24 janvier 2017

Hollande ne votera pas au 2nd tour de la primaire de la gauche

Hollande 5

Il n'a pas participé au premier tour, il ne participera pas non plus au second. François Hollande, qui était au Chili dimanche dernier lors du premier tour de la primaire de la gauche, n'ira pas voter ce dimanche pour le second tour, selon RTL.

Si le président sera pourtant à Paris, il ne compte pas donner sa voix pour départager Benoît Hamon, son ancien ministre de l'Éducation nationale arrivé en tête à 36%, et son ancien Premier ministre, Manuel Valls, deuxième avec 31% des votes.

Le locataire de l'Élysée continue de se tenir éloigné de la consultation pour désigner le candidat socialiste à sa succession. "S'il avait voulu s'en mêler, il aurait été candidat", a déclaré un de ses proches à la radio.

Il n'a pas participé au premier tour, il ne participera pas non plus au second. François Hollande, qui était au Chili dimanche dernier lors du premier tour de la primaire de la gauche, n'ira pas voter ce dimanche pour le second tour, selon RTL.

Si le président sera pourtant à Paris, il ne compte pas donner sa voix pour départager Benoît Hamon, son ancien ministre de l'Éducation nationale arrivé en tête à 36%, et son ancien Premier ministre, Manuel Valls, deuxième avec 31% des votes.

Le locataire de l'Élysée continue de se tenir éloigné de la consultation pour désigner le candidat socialiste à sa succession. "S'il avait voulu s'en mêler, il aurait été candidat", a déclaré un de ses proches à la radio.
Il n'a pas participé au premier tour, il ne participera pas non plus au second. François Hollande, qui était au Chili dimanche dernier lors du premier tour de la primaire de la gauche, n'ira pas voter ce dimanche pour le second tour, selon RTL.

Si le président sera pourtant à Paris, il ne compte pas donner sa voix pour départager Benoît Hamon, son ancien ministre de l'Éducation nationale arrivé en tête à 36%, et son ancien Premier ministre, Manuel Valls, deuxième avec 31% des votes.

Le locataire de l'Élysée continue de se tenir éloigné de la consultation pour désigner le candidat socialiste à sa succession. "S'il avait voulu s'en mêler, il aurait été candidat", a déclaré un de ses proches à la radio.

Par Céline Hussonois-Alaya le 24/01/2017


Note BYR : En gros c'est "démmerdez-vous avec vos âneries, de toute façon, c'est déjà bouclé !"