vendredi 6 janvier 2017

Le groupe VIVARTE: SOS ultralibéralisme !

Monot Bernard

Communiqué de presse de Bernard Monot, Député français au Parlement Européen, Stratégiste économique du Front National du 06/01/2017

Une belle et ancienne entreprise française aux marques connues (Andre, Naf Naf, Chevignon, Kookai, etc), emblème de la distribution française de la chaussure et du prêt-à-porter va sans doute être soumise à un plan social très brutal. 17.000 hommes et femmes vivent l’angoisse d’une menace de licenciement et du chômage en raisons de la rapacité des actionnaires mondiaux qui dans la plus pure tradition de l’ultralibéralisme ont taillés en pièces le groupe Vivarte.

Passant de mains en mains et des fonds d’investissements anglo-saxons à d’autres, tous obsédés par la rentabilité financière à court terme, Vivarte a fini étranglé par un surendettement de 1,5 milliards d’Euros et à un taux quasi-usuraire (11%).

Vivarte avait déjà vacillé, victime également du contexte concurrentiel de la mondialisation débridée, de la vente en ligne avec Sarenza, des concurrents étrangers très agressifs comme Zara, H&M, GAP et de la compression du pouvoir d’achat des ménages en raison des politiques d’austérité de l’UMPS. Qu’a fait l’état français ? Absolument rien puisque c’est le principe du libre-échange de l’UE et du dogme de la concurrence libre et non faussée.

Pour ne plus assister à ces sacrifices sociaux sur l’autel de la haute finance mondiale prédatrice des richesses de nos entreprises françaises, Marine Le Pen Présidente, appliquera grâce à un état stratège, un modèle de patriotisme économique et de protectionnisme intelligent qui favorisera l’emploi, les investissements via un fond souverain (CDC / BPI France) et la concurrence loyale en France.

Front National