jeudi 5 janvier 2017

Loiret : sept jeunes suspectés de viol sur une mineure de 12 ans toujours entendus par les gendarmes

Gendarmerie VL

Sept jeunes hommes étaient toujours entendus jeudi 5 janvier à la mi-journée par les gendarmes d'Artenay, dans le Loiret, ont appris France Bleu Orléans et franceinfo de source proche de l'enquête, confirmant une information de BFM-TV. Ils sont soupçonnés d'avoir forcé une mineure de 12 ans à leur faire des fellations, acte considéré comme un viol

Trois autres jeunes, qui n'avaient rien à voir avec l'affaire, ont été relâchés jeudi matin. L'un des suspects est âgé de 19 ans, les six autres ont entre 14 et 16 ans. Certains sont déjà connus des services de gendarmerie.

Dans cette affaire, décrite de source judiciaire comme étant "extrêmement compliquée", les sept jeunes hommes entendus ont reconnu les fellations. Elles auraient eu lieu à plusieurs reprises en 2016, entre l'été et le mois de novembre. Mais ils ont également affirmé que la jeune fille était consentante.

Des photos de la jeune fille dénudée partagées sur Snapchat

Une version prise au sérieux par les enquêteurs, car les premiers éléments de l'enquête ont révélé que la jeune fille de 12 ans avait partagé elle-même une ou plusieurs photos d'elle dénudée via l'application de messagerie éphémère Snapchat.

Les gendarmes de la brigade d'Artenay, chargée de l'enquête, ont saisi des smartphones et les exploitent pour tenter d'établir le contexte. L'enquête a commencé après le signalement aux parents, par le collège de la jeune fille, de l'existence d'une ou plusieurs de ces photos. C'est en interrogeant leur fille que ces derniers ont découvert la gravité des faits et leur caractère répété. Ils ont alors porté plainte.

Selon une source judiciaire, qui note dans cette affaire un "problème d'éducation sexuelle", les jeunes interrogés ont un point commun ils ne semblent pas avoir conscience de la gravité des faits. Le jeune homme de 19 ans sera présenté à un juge d'instruction jeudi dans la soirée, a-t-on également appris.

Le 05/01/2017

Franceinfo