lundi 16 janvier 2017

Saccage à Juvisy-sur-Orge : ce que l’on sait des violences du week-end

CRS colonne

Neuf des 11 jeunes placés en garde à vue après le saccage de plusieurs halls d’immeubles, de voitures et d'un appartement à Juvisy-sur-Orge (Essonne), dans la nuit de samedi à dimanche, ont été remis en liberté

La garde à vue des deux autres personnes se poursuivait lundi 16 janvier, à la mi-journée. La piste d’un règlement de comptes entre bandes rivales est privilégiée.

Un groupe violent et armé

La police analyse notamment les images de vidéosurveillance afin deXlaude Carillo,  tirer au clair ce que le maire de Juvisy-sur-Orge, Robin Reda, a qualifié de "scène de guérilla urbaine". Selon l'élu de l’Essonne, les violences ont commencé en soirée samedi, après l’arrivée en bus d’une vingtaine d’individus, près de la résidence du petit Merlet. "Plusieurs halls d’immeubles, une vingtaine de véhicule et un appartement ont été saccagés", selon le maire, qui a évoqué "des sabres et des barres de fer".  

Le secrétaire régional du syndicat Alliance Police, Claude Carillo, a précisé sur franceinfo lundi que plusieurs interpellations avaient été menées et qu’elles concernaient "des individus âgés de 17 à 22 ans". D’après Claude Carillo, l’enquête s’oriente vers un possible règlement de comptes"Des individus provenant d’une autre ville proche sont venus régler leurs comptes avec une personne bien précise, armés de barres de fer" explique le syndicaliste. Et Claude Carillo ajoute : "Ils sont rentrés dans un domicile mais se sont trompés d’individus et d’appartement." 

Selon le maire Les Républicains (LR) de Juvisy-sur-Orge, "les individus venaient de la ville voisine d’Athis-Mons".

Des habitants victimes collatérales

Robin Reda a déploré que des habitants, étrangers aux rivalités, aient été "traumatisés" par les actes de violence. La mairie a annoncé un renforcement "des rondes de la police municipale qui va aller à la rencontre des habitants de ce quartier, toute la journée, notamment des nombreuses personnes âgées qui habitent ce secteur".

Le maire va "rencontrer la préfète de l’Essonne pour porter le message des habitants ; celui de plus d’effectifs de police sur le terrain, une accélération du déploiement de la vidéo protection".

Le 16/01/2017

Franceinfo