dimanche 15 janvier 2017

Présidentielle 2017: quand un proche d'Hollande annonce qu'il va "probablement soutenir Macron"

Hollande Kazahkstan

L’avocat Dominique Villemot est un proche du président de la République et ce statut lui a permis de provoquer, bien malgré lui semble-t-il, un petit tsunami politique. En effet, il a expliqué dans le Journal du dimanche daté du 15 janvier que François Hollande allait "probablement soutenir Macron".

Une information détonante qui aurait pu faire les choux gras de la presse si l'Elysée n'avait pas réagit rapidement pour éteindre l'incendie que l'annonce venait de provoquer dans les états-majors des différents candidats à la  présidentielle, et notamment ceux de gauche.

"Il ne parle pas avec l’aval de l’Elysée, il n’est pas le porte-parole de la présidence et nous ne sommes pas en contact avec lui" a donc régit la présidence de la République auprès du Lab d'Europe 1. La source élyséenne reproche à l'avocat de "tenter de faire croire" qu'il a été missionné par le président de la République, en profitant pour "raconter n'importe quoi". 

De son côté, l'homme par qui est venu ce mini-séisme politique avorté est monté au créneau pour annoncer qu'on avait déformé ses propos. "Tout ce qui est dit dans cette interview n’engage que moi et personne d’autre, et surtout pas le président. De plus, dans le texte que j’avais relu, j’avais écrit +je pense qu’il n’est pas exclu qu’il (le président) soutienne Macronet non +mais François Hollande va probablement soutenir Macron+", a-t-il expliqué au Figaro.

Du côté du JDD, on affirme qu'il a toutefois bien tenu les propos qui lui sont prêtés. Le journal en profite pour révéler un détail intéressant: Dominique Villemot a envoyé un SMS ce dimanche matin à la rédaction. "Le président me demande de faire un démenti", y est-il écrit, selon le JDD. François Hollande aurait donc demandé à son ami de rectifier ses propos.

Le 15/01/2017

France Soir