lundi 23 janvier 2017

Restaurer l’école républicaine

Ecole 19ème

Par Mylène Troszczynski, député européen du groupe ENL du 19/01/2017

Parmi les grands défis français figure l’éducation. Comme l’a écrit Florian Philippot : « Les résultats catastrophiques pour la France du classement international timss, évaluant le niveau des élèves en mathématiques et en sciences (les Français étant respectivement derniers et avant derniers) traduisent l’effondrement du système éducatif français après des décennies de politiques UMPS ».

Le niveau en français est à l’avenant. De nombreux étudiants en maîtrise ne savent pas écrire ni faire une règle de trois. Les politiciens du système qui nous ont dirigé refusent de le voir : notre système éducatif, à l’image de notre industrie ou de notre puissance militaire, s’est effondré. Le niveau moyen des Français en mathématiques est l’un des plus faibles au monde.

Alain Avello, président du  Collectif Racine, relève que dans une émission de France 2, un journaliste parvient à se faire recruter comme professeur contractuel de mathématiques avec un faux diplôme et « suite à un entretien ayant pourtant révélé son incompétence totale dans la discipline ». Et la violence scolaire augmente au rythme de 10% par an.

Résultat, comme le rappelle Marie Delarue, sur Boulevard Voltaire : « En quatre ans (2012-2016) le nombre de démissions d’enseignants stagiaires a triplé dans le primaire et doublé dans le secondaire. Une tendance qui se confirme chez les enseignants titulaires (+50% en quatre ans) ».

Qui veut enseigner à des élèves inattentifs, indisciplinés, qui ne respectent pas leurs professeurs et sont parfois violents ?

20% des enfants entrants en 6e sont illettrés et 30% ne maîtrisent pas les savoirs de base en mathématique. Par contre 80% d’une classe d’âge obtient un bac qui ne veut plus rien dire. On pourrait en rire s’il ne s’agissait de la formation de la jeunesse de France et donc de notre niveau de vie futur. Grâce aux politiques UMPS, sur l’éducation comme sur les questions économiques et sociales (croissance, dette, nombre de chômeurs etc.) nous sommes en voie de tiers-mondisation.

Sur les thématiques d’éducation comme sur les autres, seul le Front National propose une rupture qui n’a rien d’extrémiste. Il s’agit d’abandonner les méthodes pédagogistes et revenir à la méthode syllabique. Se concentrer sur les matières fondamentales à savoir lire et écrire correctement, savoir calculer et apprendre l’histoire de France et la géographie du pays.

L’objectif est un viatique pour le vivre-ensemble. « Au centre de l’école, doit se trouver la transmission des connaissances ». Les élèves devront respect et obéissance au professeur. Et l’élève « devra apprendre grâce à son effort évalué par la notation ».

Qui peut être contre ce programme?

Nouvelles de France