lundi 20 février 2017

La Grèce est dans l’incapacité de rembourser sa dette, l’objectif des ministres des finances est de masquer la débâcle

Grèce catastrophe

Communiqué de Presse de Philippe Murer, Economiste au Cabinet de Marine Le Pen du 20/02/2017

Les ministres des finances de la Zone Euro se réunissent aujourd’hui à Bruxelles pour demander encore et toujours à la Grèce des coupes draconiennes dans les dépenses publiques, des coupes dans les retraites et des « réformes » du marché du travail. La Zone Euro demande donc d’aller encore plus loin dans un programme qui a fait exploser la dette publique tout en provoquant une catastrophe économique : très forte hausse du chômage, salaires en baisse de 25% sur 6 ans, faillites de très nombreuses entreprises.

Le problème n’est pourtant plus là puisque la Grèce a dégagé un excédent public hors service de la dette de 2 % du PIB en 2016. Le problème est une dette grecque de 180% du PIB devenue totalement insoutenable, suite aux politiques d’austérité qui ont détruit l’économie de ce pays.

Même le FMI, institution connue pour la dureté des plans de restructurations imposés aux pays en difficulté, demande que la dette publique de la Grèce soit restructurée tandis que l’Eurogroupe le refuse !

Le gouvernement français se trouve aujourd’hui en face d’un gros problème puisqu’il a réussi l’exploit de prêter directement ou indirectement 40 Milliards d’euros à la Grèce tout en asphyxiant son peuple. Il est à craindre que l’on préfère repousser le problème à une date ultérieure plutôt que de dévoiler que les gouvernements Sarkozy-Fillon puis Hollande-Macron ont perdu plus de 20 Milliards d’euros du peuple français tout en détruisant le tissu économique de ce pays. Une solution alternative serait la sortie de la Grèce de la Zone Euro qui n’empêcherait pas sa faillite vu le niveau de sa dette mais lui donnerait au moins un avenir et la possibilité d’en rembourser une partie : cette solution est tout aussi insupportable pour Les Républicains et la Gauche, pour les raisons que l’on connaît.

Front National