vendredi 17 février 2017

Ma cliente n'a jamais "reconnu avoir salarié fictivement" son assistant mais a fait procéder à une régularisation comptable

Justice balance (2)

Communiqué de Maître Marcel Ceccaldi, Avocat de Marine Le Pen du 17/02/2017

Certains médias ont réitéré des allégations déjà formulées opportunément par Martin Schulz dix jours avant les élections départementales de 2015 à l’encontre de Marine Le Pen, pour un contrat datant pourtant de 2011, se fondant sur le rapport final de l’OLAF dont la communication m’a d’ailleurs toujours été refusée.

Nous rappelons que l’OLAF est un organisme de la commission européenne contre lequel nous avons déposé une plainte pénale. Cette plainte vient justement de faire l’objet d’une désignation d’un juge d’instruction belge. Il est à noter que l’OLAF pourtant dûment saisie depuis deux ans a fermé les yeux sur les nombreuses irrégularités du mandat de Martin Schulz récemment rappelées par la presse allemande et la presse britannique (et non par la presse française…).

Le parlement ne peut ignorer, et toutes les preuves existent, que d’octobre à décembre 2011 les sommes versées au tiers-payant (seul habilité à rédiger les feuilles de paie et à verser leurs salaires aux assistants) et non reversées au salarié l’ont été au titre d’une régularisation tout à fait légitime, visée par le parlement européen et justifiée par ce même tiers-payant.

En d’autres termes, ma cliente conteste absolument les allégations selon lesquelles son assistant aurait touché la somme de 7200 euros nets par mois pour trois mois de travail à temps partiel.

Les sommes en question ont été versées à un tiers-payant au titre d’une régularisation, pour des salaires touchés par son assistant, correspondant à plusieurs mois de travail et d’un montant très inférieur à ceux avancés.

Par ailleurs, contrairement à d’autres allégations, ma cliente n’a jamais « reconnu avoir salarié fictivement » son assistant mais a fait procéder à une régularisation comptable. Elle n’a d’ailleurs jamais fait l’objet de la moindre audition de la part de l’OLAF.

Front National