dimanche 26 février 2017

Parrainages présidentiels : butoir le 17 mars 2017

Conseil constitutionnel Paris

Petite info qui pourrait avoir son importance pour le microcosme centriste : le député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques, ancien compagnon de route de François Bayrou (le nouveau compère d'Emmanuel Macron), Jean Lassalle a annoncé hier qu'il avait obtenu les 500 signatures d'élus nécessaires à sa candidature à la présidentielle.

On soulignera sur ce thème épineux que dans une tribune commune six candidats à la candidature évoquent les difficultés qu'ils rencontrent pour obtenir les 500 parrainages, et dénoncent un "verrou anti-démocratique des grands partis". (Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne), Christian Troadec (Bonnets rouges), Philippe Poutou (NPA), Charlotte Marchandise-Franquet (laprimaire.org), Alexandre Jardin (mouvement Bleu Blanc Zèbre) et Oscar Temaru (indépendantiste de Polynésie française).

Bien entendu, tous sont à l'opposé de ce que je veux pour mon pays et sont à des années-lumières de mes convictions mais comme le disait François-Marie Arouet (plus connu sous le nom de Voltaire) en 1770, "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire".

S'il est évident que pour "canaliser" le nombre de candidatures , dont certaines sont franchement farfelues voir délirantes ( allez voir la candidature de Sylvain Durif, vous comprendrez...) il est nécessaire que nos institutions prendre certaines mesures obligatoires mais, cette année, (peut-être dans l'optique de nous contrer encore un peu plus ?), une loi organique d'avril 2016 dite de "modernisation de diverses règles applicables à l'élection présidentielle", impose que soit publié l'ensemble des parrainages des élus et non plus, comme c'était la règle jusqu'alors, de 500 signatures tirés au sort. Selon les nouveautés de cette loi, elles devront être envoyés directement au Conseil constitutionnel, par voie postale, qui les publiera au fur et à mesure sur le site mis en place pour l'occasion.

De quoi provoquer certaines peurs et questions aux élus.
 
"Certains maires disent qu'ils aimeraient bien nous apporter leur signature, mais ils craignent de devoir se justifier devant leur conseil municipal. Des élus de petites communes redoutent aussi des pressions de la part de leurs intercommunalités" explique par exemple l'un des conseillers de ces candidats à la recherche des signatures.

Le problème est exactement le même en ce qui concerne le Front National et la candidate qu'il soutient, Marine Le Pen. Je rapelle que la période de réception des parrainages court du 25 février au 17 mars 2017 et donc, que dès lors il est plus que nécessaire que chaque élu qui porte sa signature à notre candidate renvoie son formulaire au Conseil Constitutionnel.

Donc, c'est dès aujourd'hui que les élus (ceux qui peuvent acter un parrainage, voir le site du Conseil constitutionnel à ce sujet) , pour ceux qui ne l'ont pas fait hier, doivent adresser leurs formulaires à l'institution.

GS