mercredi 8 février 2017

Plus de 11.000 fausses offres détectées en 2016 sur le site de Pôle emploi

Pôle emploi 6

Parfois fragilisé par une recherche d'emploi éprouvante, un chômeur peut être la cible de bonimenteurs. En un an, Pôle emploi a débusqué pas moins de 11.000 fausses offres d'emploi sur son site pôle-emploi.fr et a ainsi bloqué 4800 comptes d'entreprises... qui n'ont en fait aucune activité.

De telles arnaques ont toujours existé. Elles se sont cependant multipliées depuis que l'organisme a permis aux employeurs d'accéder librement aux CV des demandeurs d'emploi. Ils peuvent ainsi publier directement sur le site de Pôle emploi leurs offres et avoir ainsi accès aux quelque 8 millions de CV contenus dans la base de données de Pôle Emploi. Cette mesure, censée à l'origine faciliter la mise en contact entre recruteur et chercheur d'emploi, a permis aux escrocs d'avoir à leur disposition une base de données de victimes potentielles qui se méfient d'autant moins que Pôle emploi leur apparaît comme un intermédiaire fiable.

«Le travail de vérification des offres d'emploi et de l'authentification des sociétés est mené par 4200 agents de Pôle emploi avec l'aide d'algorithmes qui tournent en permanence», explique au Figaro la direction générale de l'organisme public. «Chaque employeur doit créer un compte qui est vérifié et validé par des agents. Ensuite, chaque annonce créée est vérifiée par des algorithmes. Certaines, frauduleuses, passent à travers les mailles du filet.» Il faut donc constamment mettre à jour les algorithmes pour faire face à l'inventivité des escrocs. Par ailleurs, il est difficile de contrôler l'identité des sociétés, précise la direction générale, d'autant qu'il arrive que les entreprises se fassent pirater leur compte. C'est à ce niveau-là que se situe la faille majeure et «il est difficile d'y remédier», conclut-elle.

Des offres de plus en plus crédibles

L'organisme public reconnaît lui-même que les offres malhonnêtes sont de plus en plus crédibles. Elles possèdent toutes les caractéristiques d'une offre classique: employeur, description du poste et salaire. «Avant on les débusquait grâce aux fautes d'orthographe, il y en a moins aujourd'hui, ce qui rend la chasse plus difficile pour les repérer», explique Catherine Poux, directrice des services aux entreprises chez Pôle emploi, au micro d'Europe 1.

Face à ces tentatives d'escroquerie, Pôle emploi appelle les chômeurs à la vigilance. Les arnaques les plus fréquentes sont des «employeurs» qui demandent à celui qui sera «embauché» d'avancer des frais, en achetant du matériel par exemple. Une fois la somme versée, le prétendu employeur disparaît avec l'argent. Autre cas: la demande d'envoi de copies de papiers d'identité ou de coordonnées bancaires, ouvrant ainsi la voie à l'usurpation d'identité ou au dépouillement du compte bancaire. Dernier cas, après une quelconque prestation, «l'employeur» envoie un chèque d'un montant supérieur à la somme convenue, puis demande à la victime de reverser à un tiers, présenté comme un «associé», la différence. Le chèque est alors déclaré volé, le compte en banque du chercheur d'emploi n'est jamais crédité mais l'escroc a empoché le «trop plein» initialement versé.

Pôle emploi recommande donc aux demandeurs d'emploi d'être très attentifs à toutes demandes d'achat de matériel et d'avance de frais. Les salaires hors normes par rapport au poste doivent également susciter la méfiance. «On ne doit jamais fournir de pièces personnelles, RIB, carte d'identité, tant que nous n'avons pas rencontré un recruteur. Il faut aussi être attentif aux numéros surtaxés qu'on vous demande de rappeler», indiquait Catherine Poux sur Europe 1.

Des centaines voire des milliers de demandeurs d'emploi -aucun chiffre officiel ne permet de mesurer le phénomène- seraient déjà tombés dans le piège de fausses sociétés. En effet, chaque jour, entre 500.000 et 600.000 offres sont disponibles sur le site de l'opérateur public, épluchées par des millions de demandeurs d'emploi.

Par Elodie Tymen le 08/02/2017

Le Figaro