lundi 6 février 2017

Présidentielle 2017 : Alain Juppé disposé à prendre la succession de François Fillon ?

Juppé 27112016jpg

Alain Juppé est-il le seul à pouvoir sauver sa famille politique d'une débâcle annoncée à la présidentielle ? C'est en tout cas ce que semble penser l'intéressé, à en croire certains de ses proches. Après avoir exclu "clairement et définitivement" l'hypothèse de se présenter en lieu et place d'un François Fillon englué dans l'affaire du "Penelopegate", le maire de Bordeaux a visiblement mis de l'eau dans son vin. Il pose toutefois une condition : le député de Paris devra l'adouber.

Selon une information du Figaro, les deux hommes se sont entretenus au téléphone samedi 4 février et auraient convenu de se recontacter sans tarder. "Juppé n'ira que s'il y a consensus autour de lui. Il est prêt à affronter le risque d'une défaite à la présidentielle, mais il ne veut pas d'une confrontation avec Fillon. Ni d'une guerre avec d'autres prétendants", analyse un intime de l'édile. Mais cette bataille des "Plans B" que veut éviter Alain Juppé constituerait également l'argument massue de François Fillon, qui voit dans cette concurrence la preuve que "s'il s'en va, tout explose".

À François Baroin le ticket de Premier ministre ?

Pour séduire les sarkozystes, qui voyaient en François Baroin le substitut idéal de François Fillon, les partisans d'un retour d'Alain Juppé envisageraient d'offrir au maire de Troyes le ticket de Premier ministre. "Nicolas Sarkozy le présentait comme son futur Premier ministre. Si Alain Juppé lui faisait la même proposition, ça désamorcerait une éventuelle fronde", prophétise un proche du maire de Bordeaux.

Une hypothèse qui risque de ne pas ravir tout le monde du côté des Républicain. Voir le sénateur de l'Aube froisserait en effet Laurent Wauquiez, qui se verrait bien tenter sa chance en 2017. Mais l'UDI serait formellement opposée à cette éventualité. Ces derniers prônent également le retour d'Alain Juppé, comme le rappelle Le Figaro. François Fillon n'a toutefois pas dit son dernier mot.

Celui qui est encore le candidat de la droite se prépare à s'expliquer longuement lundi dans un média. La bataille est donc loin d'être terminée.

Par Félix Roudaut le 06/02/2017
  
RTL

Note BYR : Les millions de votants de la "primaire de la droite et du centre" de novembre 2016 seront-ils deux fois cocus ?