mardi 21 février 2017

Présidentielle 2017 : A Dijon, le Front National sonne la mobilisation pour Marine Le Pen en Côte-d'Or

Sophie Montel JL Lacapelle

Il en est sûr et certain. Jean-Lin Lacapelle, responsable du pôle militant du Front National et membre du conseil national du parti, croit plus que jamais que Marine Le Pen sera la prochaine locataire de l'Elysée. Entouré de Sophie Montel, députée européenne et présidente du groupe FN à la région Bourgogne - Franche-Comté, de Sylvie Beaulieu, conseillère régionale et d'Edouard Cavin, conseiller régional et président de la fédération du FN de Côte-d'Or, il a sonné la charge de cette campagne où la présence de Marine Le Pen au deuxième tour ne semble faire aucun doute, présageant d'une possible victoire historique pour «le Front», comme l'appellent ses militants.

«Nous sommes prêts et notre candidate fait l'unanimité dans notre famille de pensée, alors que nos adversaires sortent à peine de primaires et sont encore dans des bains de sang, sans réussir à se mettre d'accord», a expliqué le responsable national et conseiller régional en Île-de-France.

Seconde raison d'y croire, le contexte géopolitique, «des verrous se sont ouverts, on l'a vu avec le 'Brexit', mais aussi les référendums en Hongrie ou en Italie, les élections en Autriche et celle de Donald Trump aux Etats-Unis», a-t-il plaidé.

«Les peuples ont envie de reprendre leur destin en main contre les élites et des systèmes qui leur ont menti», a-t-il tonné en préambule d'un «apéritif militant» qui a réuni une soixantaine de personnes à l'hôtel Holliday Inn de la Toison d'Or.

«Printemps des patriotes»

Autre argument massue selon Jean-Lin Lacapelle, «Marine Le Pen a aussi gagné la bataille des idées». «Elle n'a pas d'adversaire, Nicolas Sarkozy, en 2012, avait réussi son imposture. Mais son parti l'a rejeté à la dernière primaire. Tout comme Valls et Hollande ont été rejeté. Nicolas Sarkozy est un très bon candidat mais un très mauvais président de la République et il n'est plus là».

Il a d'ailleurs mis tous les candidats à cette présidentielle dans le même sac avec cette formule, «ils sont tous européistes».
 
Il a ensuite décrit un à un, avec ironie, ces candidats, «Fillon, c'est e bon filon, il a gagné les primaires par élimination. On a voulu en faire un gendre idéal mais il a visiblement quelques affaires familiales à régler…». Il s'est également moqué de «Macron le félon, un petit clown mystique monté par les médias».

Selon lui, Benoît Hamon ne vaut pas mieux, «Il est européiste et pro-immigration. De plus, c'est une candidature de pessimisme, le revenu minimum universel, c'est restez chez vous et ne travaillez pas».

La victoire de Marine Le Pen aurait donc, toujours selon lui un air de «printemps des patriotes».

«Il se passe quelque chose»

Alors que Jean-Lin Lacapelle fait le tour de France pour rencontrer, comme ce lundi soir à Dijon, les militants, selon, «il se passe quelque chose». «Il y a une dynamique dans tous les départements. J'ai rencontré les 95 fédérations et je peux vous dire qu'il y a de l'huile dans le moteur». Même son de cloche pour Sylvie Beaulieu qui raconte, «c'est ma 5e élection présidentielle. J'ai tracté ce week-end sur le plateau de la Tille. Les gens sont très impatients. C'est la première fois que je ressens autant d'engouement».

Même si en Côte-d'Or le FN ne revendique officiellement «que» 600 adhérents, le «patron» de la fédération de Côte-d'Or, Edouard Cavin, a commenté, «nous avons des pics importants d'adhésions et c'est surtout la dynamique qui est intéressante».

Pour l'heure, aucune visite de Marine Le Pen à Dijon n'est dans les tuyaux. Pour supporter «en live» la candidate, il faudra attendre l'un des neuf meetings nationaux prévus, le plus proche étant celui qui se tiendra à Metz le 18 mars.

Même si Sophie Montel, proche de la direction du parti annonce une visite de la candidate dans son fief du Doubs, sans donner de date.

Par Bruno Lédion le 20/02/2017

Infos-Dijon