mardi 14 février 2017

Quand la France ne peut plus loger ses enfants...

Non à la suppression des aides aux logementsjpg

Communiqué de Presse de Dominique Martin, Député européen – Commission Emploi et Affaires Sociales, Groupe Europe des Nations et des Libertés du 14/02/2017

Depuis 2012, la France multiplie les efforts budgétaires pour respecter au mieux l’un de ses droits fondamentaux (1) : le droit au logement décent. Les crédits du programme « hébergement et logement adapté » augmente chaque année pour atteindre 1.44 milliards d’euros en 2016 (2), les places en centre ont augmenté de 48%, le logement accompagné a progressé de 67% et les dortoirs ont été supprimés ! De nombreuses mesures dont nous nous félicitions !

Mais le nombre de demandeurs d’asile a lui aussi considérablement augmenté depuis 2012 (3)! Il y a normalement deux filières d’accueil distinctes : la filière généraliste destinée aux personnes sans domicile, et la filière pour les réfugiés et demandeurs d’asile. Or, un rapport de la Cour des comptes soulève que 40% (4) des réfugiés logent dans des emplacements réservés aux français mal-logés !

Il faut donc stopper l’immigration clandestine, réguler l’immigration légale (5) et surtout, « réserver prioritairement aux Français l’attribution du logement social, sans effet rétroactif et le mobiliser vers les publics qui en ont le plus besoin » ! Vous retrouverez cette proposition au point 142 du projet présidentiel :


(1) Le droit au logement est l’objet principal de la loi du 31 mai 1990 visant à la mise en œuvre du droit au logement, dite loi « Besson ». Cette loi affirme que « garantir le droit au logement constitue un devoir de solidarité pour l’ensemble de la nation ». Dans sa décision du 19 janvier 1995, le Conseil constitutionnel a considéré que « la possibilité de disposer d’un logement décent est un objectif à valeur constitutionnelle ».
 
(2) « Hébergement, une offre saturée et inadaptée », dans Le Monde, 09/02/2017 : « 1.09 milliards en 2012, jusqu’à 1.44 milliards en 2016 (+32%) ».
 
(3) Difficile de trouver les chiffres. Le monde annonce 80 000 personnes en 2016, Nicolas Bay annonce 200 000 personnes dans un communiqué daté de septembre.
 
(4) Cour des comptes, Référé, l’accueil et l’hébergement des demandeurs d’asile. Juillet 2015, 10 p., disponible sur www.ccomptes.fr
 
(5)« Réduire l’immigration légale à un solde annuel de 10 000 », point 26 du projet présidentiel.

Front National