mercredi 8 février 2017

“Une guerre de désinformation et de propagande”

Peur bleue

« Je pense sincèrement que Marine Le Pen peut être élue », « Elle a des casseroles, mais ce sont des casseroles en teflon, rien n’adhère » soupire Xavier Bertrand le président de la région Hauts-de-France,  dans un article publié dans Le Point ce matin. Une frousse partagée par  le président LR de la région PACA, Christian Estrosi.  Invité ce matin de RTL,  M. Estrosi,  en tournée de promotion pour la sortie d’un livre d’entretien de très mauvaise facture, Il faut tout changer (sic), commis  avec le très antinational journaliste Maurice Szafran, expliquait que le FN  était le pire danger pour la France et Marion la pire des Le Pen. Au-delà de l’affaire Pénélope, François Fillon est pourtant lui aussi suspecté, bien qu’il s’en  défende,  de collusion avec le diable Poutine dont il serait le candidat adoubé avec Marine Le Pen. Ce dernier tenterait de s’immiscer dans la campagne présidentielle française via les sites Sputnik News et Russia Today,  cités dans un récent rapport du Parlement européen comme participant de  la  « guerre de désinformation et de propagande russe ». Accusation de désinformation, de propagande,  qui ne pourrait être portée à l’encontre des gros médias français détenus par de grands groupes financiers, dont les  patrons roulent ouvertement pour les écuries euro-libérales ?

Le site Sputnik dans le collimateur de Bruxelles n’arrange pas sa sulfureuse réputation auprès des grands prêtres de la morale progressiste en annonçant  qu’ Emmanuel Macron soutenu par des parrains irréprochables comme MM. Attali, Minc ou  BHL, devra faire face à un certain nombre de révélations. Julian Assange fondateur de WikiLeaks, affirmait le 3 février  dans le journal Izvestia «être en possession de données remarquables sur l’ancien ministre de l’Économie. Nous possédons des informations intéressantes concernant l’un des candidats à la présidence française, Emmanuel Macron, dit-il dans des propos rapportés par Sputnik News. Ces éléments proviendraient du piratage russe des mails de Hillary Clinton et de John Podesta, qui était son directeur de campagne (…) En cas de révélations, il ne s’agirait pas de la première fuite de documents confidentiels américains évoquant le nom d’Emmanuel Macron. Le 8 novembre dernier, WikiLeaks dévoilait un échange datant d’août 2015 entre Hillary Clinton et John Podesta au sujet de l’organisation d’un dîner avec Emmanuel Macron, à l’époque ministre de l’Économie. Il était aussi question d’une table ronde organisée par le premier ministre Manuel Valls, pour discuter du défi de la globalisation de l’économie et du développement technologique mais aussi du développement d’un récit économique et fructueux pour contrer la droite et les populistes de la gauche. Emmanuel Macron devait y assister, tout comme une trentaine de personnalités politiques du monde entier.»

Contrer le populisme reste un objectif vital pour un PS au plus mal, dont les pseudopodes, une coquille vide comme sos racisme, mais aussi l’Union des Etudiants juifs de France (UEJF) viennent de lancer une nouvelle campagne digitale contre le FN. La chaîne de l’homme d’affaires israélien Patrick Drahi, I24, rapporte ainsi que «Plusieurs membres (de l’UEJF) sont allés à la rencontre de militants du FN à Lyon dimanche (…). Les sympathisants du parti d’extrême droite filmés par l’UEJF ont multiplié les clichés antisémites et entres autres fait la promotion du négationnisme (…).»

Sacha Ghozlan, président de l’UEJF depuis le mois de juin a été interrogé par I24NEWS mardi.  Rassurez-vous, certainement pour éviter les clichés, il n’a pas été questionné sur la loi soutenue par le Premier ministre d’extrême droite Benjamain  Netanyahou,  qui venait d’être votée  dans la nuit par la Knesset, le Parlement israélien, autorisant le vol des terres privées palestiniennes en légalisant rétroactivement 4.000 logements de colons en Cisjordanie.

Non, M. Ghozlan s’est contenté  de  présenter son opération lyonnaise car  «Depuis 3 ans, avec des comités citoyens locaux et SOS Racisme, nous analysons et décryptons les déclarations des maires FN et nous voyons bien que le parti  n’a pas changé. C’est un parti autoritaire, qui divise et stigmatise les populations et qui est un piètre gestionnaire des finances publiques (sic). Après cette conférence de presse, nous nous sommes rendus devant le lieu du Congrès du FN pour distribuer des tracts révélant ces informations sur le parti d’extrême-droite. 
En sortant de la salle , les militants FN recevaient les tracts et crachaient leur haine en retour a-t-il affirmé.»« On voit bien les ressorts de l’antisémitisme complotiste, de l’antisionisme et du négationnisme dans les propos des militants Front National précise-t-il. ».

Il  suffirait pourtant  aux commissaires de l’UEJF  de se livrer à la même opération  à l’entrée d’un grand magasin, d’une  réunion publique de Mélenchon, Fillon ou Hamon pour y recueillir en cherchant bien  des propos semblables. Car la démonstration réside dans la sélection d’un  petit nombre de témoignages allant dans le sens de ce que voulait entendre l’UEJF,  décrites comme représentatives  de l’opinion des  milliers de personnes présentes  à la convention présidentielle de Marine.  Et quand les militants frontistes reçoivent  des mains  des militants de l’UEJF des tracts  insultants et réagissent avec plus ou moins de colère, M. Ghozlan dit qu’ils crachent leur haineben voyons! Bref,  cette opération est un grossier  exemple  de technique de manipulation constate Bruno Gollnisch.  

N’en doutons pas,  il y en aura d’autres dans les prochains mois.

Le 08/02/2017

Bruno Gollnisch