vendredi 24 mars 2017

A Moscou, Poutine et Le Pen prônent une coopération globale contre le terrorisme

Marine et Vladimir Poutine 240317 1jpg

A l'occasion de sa visite à Moscou, Marine Le Pen a rappelé l'importance qu'elle accorde aux relations entre la Russie et la France. Vladimir Poutine a réaffirmé son intention de continuer à parler avec les candidats français à la présidentielle.

«Chère Madame Le Pen, ce n'est pas la première fois que vous venez à Moscou, je suis heureux de vous accueillir», a déclaré le Chef de l'Etat russe, à l'occasion de la visite de la candidate frontiste à Moscou, qui a répondu favorablement à une invitation du Parlement russe.

«Nous prêtons une grande importance à nos relations avec la France, en essayant d'entretenir des relations égales avec les autorités au pouvoir et avec les représentants de l'opposition. Je sais que maintenant la campagne présidentielle bat son plein en France», a-t-il poursuivi rappelant qu'il n'était pas dans son intention d'«influer sur les événements [...] en aucun cas».

«Mais nous nous réservons le droit de communiquer avec toutes les forces politiques du pays, comme le font nos partenaires en Europe et aux Etats-Unis», a poursuivi le chef de l'Etat russe.
Intérêts communs contre le terrorisme

De son côté, Marine Le Pen a déploré la situation conflictuelle entre la Russie et les Occidentaux. «Je trouve très problématique que les députés russes ne puissent pas rencontrer les députés français, mais aussi ceux des pays de l'union européenne», a-t-elle souligné, faisant allusion aux sanctions prises contre la Russie. Avant de poursuivre : «Parce que je crois que c'est précisément en faisant se rencontrer les forces démocratiques de nos pays que nous pourrons réfléchir à la manière la plus efficace de régler cette crise terroriste».

En outre, la candidaterappelé son attachement à la normalisation des «relations culturelles, économiques et stratégiques» entre la France et la Russie. Particulièrement «au moment où nous sommes confrontés à un danger terroriste majeur», a-t-elle fait valoir.

«Aucune lutte concrète et efficace contre le terrorisme ne pourra enregistrer de succès sans que l'ensemble des grandes nations ne soit côte à côte dans cette lutte», a-t-elle poursuivi.

«La Russie a lutté et continue à lutter en Syrie, nous luttons nous-mêmes en France par l'intermédiaire de l'opération Barkhane, ainsi qu'au Tchad», a rappelé Marine Le Pen. «Nous avons lutté au Mali contre le terrorisme et je pense que nous sommes donc deux nations qui se sont résolument engagées, y compris en apportant le soutien militaire aux Etats qui étaient confrontés et le sont toujours au développement de ces groupes armés terroristes».

Interrogé sur la raison pour laquelle Vladimir Poutine avait reçu Marine Le Pen, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a estimé que rencontrer des «opposants» étrangers était une «pratique normale».

Un peu plus tôt, le ministre des Affaires étrangères russes, Sergueï Lavrov, avait salué le «réalisme», selon lui de Donald Trump et de Marine Le Pen. «Je ne dirais pas que Donald Trump ou Marine Le Pen sont des marginaux. Bien au contraire, pour moi, ils s'inscrivent pleinement dans les principes clefs qui régissent les sociétés américaine et française», a-t-il estimé.

Le 24/03/2017

RT France