mardi 7 mars 2017

Emmanuel Macron ou la négation de la France

Versailles chateau


Par Gabriel Robin, SG du CLIC et Dominique Bilde, députée FN au Parlement européen du 06/03/2017

Nomade contemporain, Emmanuel Macron nie ce qu’est la France. Quand il affirme qu’il n’y aurait pas de « culture française », l’ancien conseiller spécial de François Hollande ne commet pas seulement une faute morale mais aussi une erreur factuelle. À ce propos, pourquoi la France continuerait-elle à protéger son exception culturelle si elle n’avait pas une culture spécifique à revendiquer dans le monde ?

Habitué à l’outrance, Emmanuel Macron, qui rêve de présider à notre destinée, semble avoir pris pour cible l’histoire de France qu’il ne manque jamais de dénigrer, de calomnier et de réduire. En visite en Algérie, il accusait notre pays d’avoir commis un « crime contre l’humanité » lors de la période coloniale, méprisant jusqu’à la notion de droit international.

Pour quelques voix supplémentaires, l’impétrant mettait sur un pied d’égalité un phénomène historique, aux causes aussi complexes que rendues inévitables par l’écart technologique d’alors entre les deux rives de la mer Méditerranée, avec les génocides du siècle dernier.

Emmanuel Macron n’est pas homme à se retenir. Il parle sans penser aux conséquences, salissant son pays hors de ses frontières ; ce que l’usage diplomatique interdit pourtant formellement. Enfant de la sortie de l’histoire de l’Europe consécutive à la chute du mur de Berlin, il se met en marche pour défendre un monde indifférencié, dans lequel la France ne serait plus qu’une succursale de la World Company.

Il y a une culture française. Elle est riche, admirée et toujours féconde. Ainsi que le disait le poète provençal Frédéric Mistral« Les arbres aux racines profondes sont ceux qui montent le plus haut ». Coupez la France de sa culture historique, et nous périrons. Evidemment, notre culture est diverse, comme l’indique Emmanuel Macron. Mais cette diversité ne doit pas s’entendre comme une stérile opposition des contraires.

Au cours de son histoire bimillénaire, la France ne fut jamais une nation multiculturelle. Elle s’est lentement construite, des Rois jusqu’à la période républicaine, par l’union et l’assimilation de ses composantes les unes aux autres. Notre pays est polyculturel, en ce sens que ses murs porteurs sont issus de traditions artistiques et philosophiques différentes : chrétienne, gréco-latine, humaniste et j’en passe.

Au Parlement européen, les députés Front National ne cessent de défendre notre culture contre les technocrates qui voudraient la fondre dans un grand tout uniformisé dépouillé de ce qui en fait l’essence même. Victor Hugo, Balzac, Molière, Racine, Monet, Debussy, Montaigne, Rabelais, troubadours et trouvères, Voltaire, Edith Piaf et autres Pascal nous regardent !

Soyons dignes du legs immense qu’ils ont bien voulu, dans leur grande bonté, nous transmettre. Un homme comme Emmanuel Macron n’est pas en mesure de gouverner notre grand pays. Parce qu’au commencement, il n’y a qu’une chose : l’amour.

Refuser d’admettre l’existence de la culture française revient à haïr notre nation.

CLIC