mercredi 15 mars 2017

Erdogan accuse les Pays-Bas d'être responsables du massacre de Srebrenica

Erdogan tribune

La crise diplomatique entre les Pays-Bas et la Turquie continue de s’exacerber. Echaudé par l'interdiction faite à deux ministres turcs de se rendre à des meetings en sa faveur sur le sol néerlandais, Recep Tayyip Erdogan a accusé ce mercredi les Pays-Bas d’avoir "massacré plus de 8.000 musulmans" à Srebrenica.   

Le président turc fait référence à un massacre survenu en juillet 1995 pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine qui opposait Serbes, Croates et Bosniaques. Pour mémoire, des unités de l’armée de la République serbe de Bosnie avaient tué 8100 hommes et garçons musulmans à Srebrenica (d'après la Commission internationale des personnes disparues), malgré la présence d’environ 400 casques bleus néerlandais dans l’enclave déclarée "zone de sécurité " par les Nations unies.

Une tragédie qui avait soulevé de nombreux débats sur la responsabilité des Pays-Bas dans ce massacre. En 2002, une enquête avait entraîné la démission du gouvernement néerlandais. En septembre 2013, après un jugement d'un tribunal néerlandais, le pays était devenu le premier Etat au monde tenu pour responsable des actes de ses soldats sous mandat de l'ONU. Un an plus tard, le tribunal de La Haye avait finalement déclaré l'état néerlandais civilement responsable de la mort de plus de 300 hommes et garçons musulmans.  

Sur la chaîne RTL Nieuws, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a qualifié mardi de "falsification nauséabonde de l'Histoire" cette sortie d'Erdogan. "Le ton d'Erdogan est devenu encore plus hystérique. C'est inhabituel et inacceptable".