samedi 11 mars 2017

La campagne de terrain de François Hollande contre le Front National

Hollande conférence de presse du 16 mai 2013

François Hollande n'est pas en lice pour l'élection présidentielle, mais fait pourtant campagne sur le terrain.

Ce samedi, trois déplacements étaient prévus à son agenda: à Saint-Denis et Aubervilliers dans la matinée, et Libourne dans l'après-midi. Le chef de l'Etat, qui a annoncé en décembre dernier qu'il ne serait pas candidat à sa propre succession, se déplace tout autant que les prétendants à la présidence, pour une raison bien particulière: empêcher l'accession de Marine Le Pen à l'Elysée.

"La menace existe"

"Nous sommes devant cette responsabilité, et vous êtes capables de résister à ces pressions, à ces tentations, à ces forces obscures qui voudraient nous abaisser, nous replier", avait-il affirmé le 7 mars, lors de son discours à Vitry-le-François.Une référence claire au parti d'extrême droite, qui inquiète de plus en plus le président de la République. L'ultime devoir de son quinquennat: combattre Marine Le Pen, comme il le faisait entendre il y a quelques jours, dans un entretien accordé au Monde:

"La menace existe. L’extrême droite n’a jamais été aussi haute depuis plus de trente ans. Mais la France ne cédera pas. D'abord, parce qu’elle est la France et qu’elle a conscience que le vote du 23 avril et du 7 mai déterminera non seulement le destin de notre pays mais aussi l’avenir-même de la construction européenne."

Des déplacements ciblés

Ainsi, François Hollande reste très actif, et cherche à renouer le contact avec les Français, déboussolés par cette campagne présidentielle inédite, ponctuée de démêlés judiciaires avec les affaires Fillon et Le Pen. En outre, Benoît Hamon peine à rassembler sa famille politique, ce qui pourrait favoriser l'élection de Marine Le Pen.
"Je suis un président qui doit dire ce qui est bon pour le pays. On connaît les risques de l'extrême droite au pouvoir. On voit bien ses volontés: quitter l'Union européenne, agiter les peur,... on voit bien les conséquences que cela peut provoquer", a-t-il alerté ce samedi à Aubervilliers

Le président de la République cible ses déplacements sur des territoires particuliers: la Seine-Saint-Denis, département au fort taux d'abstention, où le FN progresse, ou encore les terres du parti, comme la ville de Dreux, en Eure-et-Loir

Parmi les personnes certaines d'aller voter les 23 avril et 7 mai prochains, la proportion de ceux qui déclarent que leur choix est définitif est de 83% pour les électeurs de Marine Le Pen, contre 76% pour ceux de François Fillon, 56% pour ceux d'Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon, et de 51% pour ceux de Benoît Hamon, selon un sondage BVA-Salesforce publié ce samedi.

Le 11/03/2013


Note BYR : Le président Hollande qui utilise les services de l'Etat pour ses déplacements mène campagne sans se cacher contre notre présidente... en plus d'user du mot "extrême-droite" à foison, François Hollande nous désigne comme les "forces obscures"...Pas de doute Palpatine...patine dans la semoule !