vendredi 3 mars 2017

Le gouvernement a-t-il une dent contre les chirurgiens-dentistes ?

Flamme 3

Communiqué de Presse du Front National du 03/03/2017

Marisol Touraine continue sur sa lancée pour détruire le système de santé français. Après le attaques contre la médecine libérale, puis le démantèlement à venir de toute la filière santé avec la transposition d’une directive européenne sur l’exercice partiel des professions réglementées, c’est désormais au tour des chirurgiens-dentistes d’être la cible du gouvernement.

Les principaux syndicats ont ainsi appelé à une grève interprofessionnelle de la filière dentaire pour dénoncer l’échec de la négociation conventionnelle sur une revalorisation des actes, mais également le mépris de la Ministre de la Santé pour les chirurgiens-dentistes qui n’ont pas été reçus une seule fois avenue Duquesne depuis 2012. Marisol Touraine souhaite plafonner le prix des prothèses dentaires, dont les prix ne sont pas réglementés.

Les revendications des chirurgiens-dentistes sont simples : les actes de base n’ont pas été revalorisés depuis 1988, et les praticiens prodiguent des soins à perte. Les prothèses sont pour eux un moyen de compenser les pertes dues à la stagnation des tarifs réglementés des actes, alors que le coût de la pratique augmente année après année. Si les tarifs des prothèses sont plafonnés, il faudra compenser les pertes financières des professionnels par une revalorisation des actes.

Nous soutenons les chirurgiens-dentistes et nous nous engageons à réétudier les tarifs réglementés des actes pour toutes les professions de santé, afin de tenir compte de l’évolution du coût de la vie et du coût de la pratique. Les actes de prévention seront également mieux pris en compte dans la rémunération des chirurgiens-dentistes, car la santé bucco-dentaire est d’importance capitale, notamment dans l’insertion socio-professionnelle. Les revalorisations d’actes n’auront aucun impact pour le patient, car elles seront bien entendu prises en charge par l’Assurance maladie et par les assurances complémentaires, dont la gestion devra être assainie pour permettre un meilleur remboursement, ce qui permettra de ne pas augmenter le prix des prothèses, que M. Fillon veut dérembourser. La nécessaire mutation de notre système de santé d’un modèle curatif à un modèle proactif ne pourra se faire sans les chirurgiens-dentistes, que nous nous devons de soutenir.

Front National