samedi 11 mars 2017

Les Pays-Bas n'en veulent pas...

Mevlut Cavusoglu

Le ministre turc des Affaires étrangères qui envisageait de faire campagne auprès de ses ressortissants immigrés aux Pays-Bas à été refoulé ce samedi par les autorités de ce pays. Aussitôt le président turc Recep Tayyip Erdogan aussi bien que son Chef de gouvernement se sont fendus de propos purement abjects envers plusieurs nations de notre continent (parmi ceux-ci la Suisse et l'Allemagne) où plusieurs meetings organisés par l'Union des démocrates turcs européens ont été annulés.

Le président turc n'a pas hésité une seconde à parler de «vestiges nazis, fascistes»en désignant les Pays-Bas !
Mais, il y a un pays ou le ministre turc pourra tranquillement faire campagne auprès de la diaspora turque pour le référendum du 16 avril destiné à renforcer les pouvoirs de monsieur Erdogan.

Devinez lequel ?

La France bien sûr... et la Lorraine et Metz en Moselle plus précisément où Mevlut Cavusoglu a atterri ce soir. Le ministre turc des Affaires étrangères doit comme l'écrit  Le Point  "tenir un meeting dimanche dans une salle du centre des congrès de Metz, à l'invitation d'une association turque locale. "Une salle du centre des congrès est louée", par l'Union des démocrates turcs européens section Lorraine (UETD)".

Il me semble parfaitement anormal, immoral voir dangereux d'accepter de voir des politiciens étrangers pratiquer des meetings politiques internes à leurs pays sur notre territoire auprès d'une communauté, certes nombreuses, mais qui doit d'abord respecter les us, les coutumes et en premier lieu la loi du pays les accueillants.

Et que dire des provocations de ce personnage et de son président ! Honteux !

Ne sont-ils pas les dirigeants d'un pays asiatique que certains souhaitent ardemment voir rejoindre le bastringue de l'Union européenne ?

GS