lundi 20 mars 2017

Londres va lancer le divorce avec l'UE le 29 mars

Brexit ballon

Après le référendum du 23 juin, Theresa May avait prévu depuis six mois de déclencher la procédure formelle de divorce avec l'Union européenne «avant la fin mars». Elle se tient à son calendrier. L'invocation de l'article 50 des traités européens est prévue le mercredi 29 mars, a annoncé son porte-parole, lundi matin. L'ambassadeur britannique à Bruxelles, Tim Barrow, en a informé le président du conseil européen Donald Tusk.

Cette annonce met fin à un vrai-faux suspense depuis plusieurs semaines à l'approche de l'échéance, Downing Street se contentant de répéter inlassablement son objectif d'«avant la fin mars» à toute question sur le sujet depuis plusieurs semaines. Par correction, Theresa May entend laisser passer les célébrations des soixante ans du Traité de Rome, ce week-end, auxquelles elle ne participera pas.

Une fenêtre de tir pour déclencher l'article 50 est passée la semaine dernière, après l'adoption finale au Parlement du texte de loi autorisant le gouvernement à invoquer la clause qui lance les négociations. Mais l'annonce surprise par la première ministre écossaise Nicola Sturgeon d'un référendum sur l'indépendance avant la fin du processus de sortie de l'UE a pris de court Theresa May, qui a apparemment préféré temporiser en se donnant quelques jours de plus. Elle compte mettre à profit cet intervalle pour effectuer une tournée des nations qui composent le Royaume-Uni, commencée au Pays de Galles ce lundi, afin de prendre le pouls des opinions locales sur le Brexit. Elle devrait ainsi se rendre en Ecosse dans les prochains jours, après une escalade de tensions verbales avec la dirigeante nationaliste ces derniers jours.

Risque de sortie sans accord

Le lancement des pourparlers le 29 mars donne aux deux parties deux ans pour négocier les termes de la sortie du Royaume-Uni. Les institutions europénnes seront notifiées par une lettre. Elles devraient apporter une première réponse sous 48 heures, avant un sommet sur le Brexit quelques semaines plus tard. Le calendrier risque d'être impacté par les élections en France. Un porte-parole de la Commission européenne a assuré lundi que tout était «prêt côté UE» pour entamer les négociations.

Les Vingt-Sept ont l'intention de régler la question du solde de tous comptes britannique, une facture évaluée à 60 milliards d'euros. Le sort des ressortissants européens au Royaume-Uni et britanniques installés sur le Continent devrait être abordé dès le début des négociations. Londres entend aussi, avec optimisme, mettre à profit ces deux ans pour négocier un nouvel accord commercial avec l'UE, un objectif jugé irréaliste par de nombreux observateurs européens.

La date théorique de sortie du Royaume-Uni serait donc mécaniquement fixée au 29 mars 2019, juste avant les prochaines élections au Parlement européen. Mais des processus transitoires pourraient être mis en place pour étaler le départ dans certains secteurs. L'option d'une sortie britannique sans accord sur les futures relations est évoquée, Theresa May ayant répété préférer «pas d'accord plutôt qu'un mauvais accord». Une rupture des négociations durant le processus n'est pas à écarter.

Les Britanniques ont voté à 51,9% pour sortir de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin 2016. Downing Street a par ailleurs souhaité démentir les rumeurs sur un projet d'organisation d'élections législatives anticipées au printemps.

Par Florentin Collomp le 20/03/2017

Le Figaro