lundi 13 mars 2017

L’UDI et le cocu magnifique

Affiche Le Cocu magnifique


Par Georges Michel, SD adjoint du FN84 le 12/03/2017

Franck Margain, vice-président du Parti chrétien-démocrate, vient de mettre en garde les Républicains dans une tribune donnée à Valeurs actuelles et intitulée « L’UDI ou l’assassinat idéologique de la droite ». Avant d’aller plus loin, on peut se poser légitimement la question si la qualification d’« assassinat » est bien appropriée. En effet, un assassinat suppose qu’il y a homicide volontaire.

Or, cette « droite », qui use à l’envi du qualificatif « républicaine », ne cesse de se suicider depuis des décennies en courant idéologiquement derrière la gauche. Certes, avec M. Fillon, qui nous promet que « nous allons voir ce que nous allons voir », gageons que le cadavre bouge encore un peu. C’est peut-être nerveux, me direz-vous…

Or, donc, M. Margain met en garde les Républicains contre un excès d’accommodement avec l’UDI. Des accommodements raisonnables, sans doute, selon l’expression importée naguère du Canada par Alain Juppé Tu m’étonnes ! On ne reviendra pas sur la remise en cause de l’investiture de Xavier Lemoine, maire de Montfermeil, au profit d’un candidat UDI, ou encore sur la candidature du vice-président de l’UDI des Yvelines dans la circonscription où Jean-Frédéric Poisson est déjà candidat, investi par les LR. Au total, on parle de près de 100 circonscriptions qui auraient été concédées à l’UDI par François Fillon. Plus c’est gros, plus ça passe, dit-on.

Avec l’UDI, ce serait donc le contraire.

Autre exemple d’« accommodement raisonnable » : il vient tout droit de Vaucluse. Dans la troisième circonscription dont Marion Maréchal-Le Pen est le député. Là, il va falloir bien suivre.

Au printemps 2016, Mme Zidate, une vice-présidente au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, estampillée MoDem – le parti qui permit la victoire de François Hollande en 2012, pour ceux qui auraient une mémoire de poisson rouge -, était pré-investie, par la grâce magistrale de M. Estrosi, pour représenter la droite et le centre – ou, si vous voulez, le centre et la droiteaux élections législatives dans cette 3e circonscription.

Entre temps, l’UDI, frappé depuis lors de strabisme macronien-filloniste ou fillonien-macroniste – on le saura en mai prochain -, investissait de son côté un certain Patrick Merle, dans cette même circonscription.

Rebondissement : en janvier dernier, on apprenait que Mme Zidate perdait son investiture et il se murmurait que M. Merle pourrait recevoir le soutien des LR.

Re-rebondissement la semaine dernière : Mme Zidate, sortie de la scène côté jardin, réapparaît côté cour. Entre-temps, elle a quitté le MoDem et aurait pris sa carte à l’UDI. Et M. Merle ? Il paraît que Jean-Christophe Lagarde, le charismatique président de l’UDI, souhaite une candidate dans cette circonscription – on se demande pourquoi, du reste – et, donc, sortie de M. Merle, côté jardin, pour aller siffler là-haut sur la colline.

Là où la pièce de boulevard prend toute sa saveur, c’est lorsqu’on découvre que le président départemental de l’UDI, M. Pascal Ragot, maire de Bonnieux, vient de donner son parrainage à… M. Macron ! Vous pouvez vérifier : c’est le principal avantage de la publication en ligne des parrainages par le Conseil constitutionnel.

En général, dans les pièces de boulevard, le cocu est toujours le dernier au courant. M. Margain, le PCD et, plus généralement, tous les électeurs qui se reconnaissent dans les valeurs traditionnelles de la droite devraient y réfléchir un instant