mardi 28 mars 2017

Oui, la France peut s’en sortir…avec le programme économique de Marine

Usine agroalimentaire


Par Bertrand Verny, Bureau de Bruno Gollnisch Bruxelles le 28/03/2017

Les experts,  ou les qualifiés de tels par le Système, seraient unanimes. Le programme économique de Marine Le Pen constituerait une réelle menace pour la France. Et même pour  l’Europe. Et même pour l’économie mondiale. Faut-il s’étonner que les tenants du Système, se sentant menacés, attaquent ? Non. D’autant plus qu’ils ont beaucoup à cacher. Car si les Français savaient réellement dans quel état ils ont laissés notre économie ils n’hésiteraient plus du tout. Jugeant avec les nombreux économistes qui entourent la Présidente du FN que son programme est de loin le meilleur et le plus cohérent.

Pour les « experts », n’importe qui sauf Marine.

Les experts sont d’accords au moins sur un point. N’importe quel candidat sauf  Marine!  Sous-entendu, on ne critique plus les autres points du programme, on a compris que les Français ne nous écoutent plus. Mais on concentre les attaques sur les questions économiques. Et pour cela on fait feu de tout bois. Journaux, télévisions  vont relayer tel avertissement d’une agence de notation, américaine, selon lequel la note de la France serait dégradée en cas de victoire du Front à l’ élection présidentielle. Ou bien un article du Wall Street Journal, ou une étude d’une banque quelconque. Et plus les prédictions sont effrayantes, plus le gras des titres est épais.

Le Figaro s’est encore une fois distingué le lundi 20 mars. En une, sur l’édition papier, « la bataille des programmes, le choc des débats ». Avec  les cinq photos des candidats invités par TF1. Celle de Fillon placée au centre. Et dans le sous-titre on découvre « Croissance, emploi, dette… selon l’iFrap, Fillon a le programme le plus efficace ». Et comme sur la toile on n’a pas le temps de s’arrêter aux détails,  le même jour en une du site, on retrouve le même titre choc, avec une magnifique photo du candidat Fillon posant entre une photo de De Gaulle à droite, et une de Seguin à gauche. Certains disent que si, contrairement à celui qu’ils encadrent, leurs costumes semblent de mauvaise coupec’est parce qu’ils se retournent trop dans leur tombe à cause de l’utilisation que l’on fait de leurs idées. Que veut nous apprendre cette étude ? Croissance, dette, chômage, dépenses, prélèvements obligatoires : dans tous ces domaines, Fillon est le meilleur. Et devinez quel programme se révélera le pire pour la France ? Celui du Front  National.
 
C’est le seul invariant de ces « études ». Pour le reste, cela  change selon le candidat soutenu.

Le Système se défend, c’est normal.

Et le Système utilise tous les moyens à sa disposition, ils sont nombreux et puissants, car il sait que s’il n’empêche pas le FN d’accéder au pouvoir il va tout perdre. Car, plus encore que le programme économique de Marine, ce qui menace les parasites c’est sa volonté de mettre le pouvoir politique au service du peuple français. La fin du rêve. Car aujourd’hui c’est le contraire. Par exemple, quand il y a des profits, c’est privé. Et quand il y a des dettes d’entreprises privées, par exemple des banques, l’État mutualise les pertes, et les fait supporter aux Français. Ça représente beaucoup d’argent, de pouvoir. On comprend que le Système ne veut pas perdre cela. Ni la sacro-sainte circulation des marchandises, des capitaux et des hommes.

On connait le refrain. Encore plus d’échanges, ce serait plus de croissance, moins de chômage, plus de bien-être. C’est un dogme. Ça ne se discute pas. Et ce dogme est doublé d’un autre qui lui est semblable : Le protectionnisme, quel qu’il soit, c’est le mal. C’est un péché mortel. Maurice Allais, prix Nobel d’économie, avait montré que la libéralisation mondialiste du commerce profite exclusivement aux Multinationales. Il n’était pas contre les échanges bien sûr. Mais organisés.

D’autant plus qu’il devra répondre de sa gestion catastrophique.

Les tenants du Système cherchent non seulement à protéger leurs intérêts, ce qui est somme toute normal, mais en plus ils savent que si le pouvoir est exercé par quel qu’un qu’ils ne dominent pas, ils devront répondre de choix qui laissent le monde, l’Europe, la France dans une situation économique effroyable.

Et ce n’est pas une exagération. Dans quel état nos « experts » ont-ils mis la France ? La dette de l’État représente environ 100% du PIB. Mais si l’on inclut le « hors bilan », c’est d’après la Cour des Comptes plus du double. La balance commerciale de la France se dégrade encore. Conséquence d’un euro trop élevé et de la désindustrialisation provoquée par l’ouverture sans discernement de nos marchés du fait de la politique de l’Union européenne. Avec aussi comme conséquence un taux de chômage insupportable, supérieur aux chiffres officiels. Tout cela avec des impôts et des charges sociales eux aussi à un niveau indécent. Et, malgré cela un déficit du budget élevé. Si encore, ce déficit finançait l’avenir, on pourrait y trouver une justification. Mais non, c’est pour assurer seulement une partie des dépenses courantes.

Car, bien que les impôts augmentent, l’État ferme des lits d’hôpitaux en zone rurale, des casernes de pompiersles bureaux de poste. Les soins sont moins remboursés, la justice ne peut plus fonctionner correctement faute de moyens suffisants, l’armée, les forces de police n’ont pas les  dotations nécessaires pour assurer pleinement leurs missions, le réseau routier et autoroutier n’est pas, comme de nombreuses infrastructures, entretenu correctement. Devant une telle situation, on attendrait de ces experts qu’ils se fassent discrets. Car « c’est l’hôpital qui se moque de la charité. » Ce n’est pas le cas.

Raisonner avec des économistes compétents.

Rien ne nous interdit de réfléchir. Et il y a l’embarras du choix pour trouver des économistes qui proposent des solutions qui écartent les erreurs ayant généré cette situation insupportable. D’Emmanuel Todd qui depuis longtemps préconise un « protectionnisme raisonnable » à Bernard Monot[1], conseiller économique de Marine Le Pen qui  défend un « protectionnisme intelligent ». De Jacques Sapir à plusieurs prix Nobel d’économie qui ont souligné les méfaits de l’euro[2]. De Michel Rocard, ancien Premier Ministre[3] à Maurice Allais, pour revenir sur la loi du 3 janvier 1973, la loi dite Pompidou-Giscard,  véritable cause de notre endettement, qui a retiré à la Banque de France le pouvoir régalien de créer la monnaieMaurice Allais encore lui, a également produit de solides analyses en faveur de l’instauration d’ un système monétaire propice à des échanges et des économies qui se développent harmonieusement. Car pour s’en sortir il faut s’attaquer aux causes et agir sur elles. Sinon, le prochain Président ne pourra pas redresser l’économie de la France.

Le redressement de notre économie est tout à fait possible.

Contrairement aux défaitistes, qui n’y croyant plus, ne proposent que des emplâtres à poser sur une jambe de bois, nous pensons que la France peut s’en sortir. Et arrêter de reculer dans le classement des nations. Et même remonter. À quelles conditions ? En plus d’un cadre favorable, par la mise en place du protectionnisme intelligent, un choix monétaire adapté, la restauration de notre souveraineté monétaire, et celles des libertés économiques légitimes. La simplification de la vie des entreprises. L’économiste Jacques Bichot a estimé qu’en plus de freiner le dynamisme économique la complication administrative coûte chaque année au pays 14 milliards d’euros. Le redressement passe aussi par une politique fiscale qui ne décourage ni l’effort ni l’investissement.

Nous ne doutons pas du résultat car la France, le peuple français possède des ressources extraordinaires. Qui ne demandent qu’à s’exprimer. Jacques Bainville, dans son Histoire de France, note que « de tout temps, la France n’a eu besoin que de travail et d’ordre pour revenir à l’aisance et à la richesse. »

C’est à cela justement que tend le programme de Marine Le Pen : favoriser l’ordre et le travail.

[1] Économiste, Député français au Parlement européen, son site donne de précieuses informations http://bernardmonot.com/

[2] Joseph Stiglitz L’Euro: comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe. Editions Les Liens qui libèrent, 2016, 462 pages. Cf. aussi : Paul Krugman, dont les critiques contre l’euro sont connues, s’y ajoutent, notamment James Mirrlees (1996), Christopher Pissarides (2010) et Thomas Sargent (2011).

[3] https://www.youtube.com/watch?v=PH7W6ddx8V4 à partir de 2’45. Michel Rocard, parle de la loi de 1974. Alors qu’elle a bien été votée en janvier 1973. Des éléments complémentaires ici : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/213182-dette-publique-et-loi-rothschild-le-silence-des-medias.html . Ici, Marine Le Pen qui rappelle l’escroquerie de la loi de 73, et la nécessité de restaurer le pouvoir de la Banque de France : https://www.youtube.com/watch?v=Gl70dsyrViA à regarder jusqu’au bout. Car la conclusion dit tout !