dimanche 26 mars 2017

Pour votre hygiène démocratique, achetez le nouveau Monsieur Propre

Macron voiture


Par Georges Michel, SD adjoint du FN84 le 25/03/2017

L’hygiène. C’est important, l’hygiène.

Se laver les mains avant de passer à table et en sortant des toilettes… et non pas le contraire. L’hygiène : corporelle, bucco-dentaire, alimentaire, mentale. Plus largement, l’hygiène de vieL’hygiène, on peut s’en tamponner ou être dans ses petits papiers, mais quoi qu’il en soit, elle vous collera toujours à la peau.

Longtemps, du reste, la France a semblé en retard sur le plan de l’hygiène par rapport à ses voisins européens. Pensez qu’en Allemagne, on inventa même un musée de l’Hygiène, bien avant l’arrivée des nazis au pouvoir, à une époque où, en France, on se contentait de poser cette question à l’ami bidasse : « De quoi sont les pieds du fantassin ? » Question qui appelait cette implacable et définitive réponse : « Ils sont l’objet de soins constants. » Longtemps la France a semblé fâchée avec l’hygiène.

Mais au fait, qu’est-ce que l’hygiène ? C’est une série de principes et de pratiques individuelles et collectives qui visent à prévenir les infections et l’apparition des maladies infectieuses. Nettoyage, désinfection font partie de ces pratiques.

Avant que les lecteurs n’aient complètement décroché, après s’être dit que l’auteur de ces lignes s’est reconverti dans la chronique santé de Boulevard Voltaire, venons-en aux faits. M. Richard Ferrand, chef d’état-major d’En Marche!, cette espèce de sanatorium chic et branché pour députés socialistes en phase de décontamination, M. Ferrand, disais-je, vient de déclarer sur Radio Classique : « Il faut créer une dynamique qui nous place au premier tour en tête, pour ne pas donner le visage de l’extrême droite à l’Europe et au monde entier. C’est pourquoi nous voulons amplifier notre dynamique, non pas seulement comme objectif électoral mais comme objectif d’hygiène démocratique. »

Nous y voilà. Voter Macron, c’est en quelque sorte acheter « Ajax WC qui nettoie tout du sol au plafond », pour reprendre le fameux sketch de Coluche. Voter Macron, c’est acheter le nouveau Monsieur Propre, celui qui lave plus blanc et « qui lave même la tache qui est cachée dans le nœud du torchon ».

C’est faire œuvre hygiénique, tout simplement.

Le bonheur du peuple par l’hygiène. On voit d’ici l’affiche.

On se croyait en campagne électorale, nous voici en campagne publicitaire. M. Macron, le VRP multicarte du mondialisme heureux, nous vend sa solution hygiénique pour mieux dissoudre la France. Ça va décaper, avec Macron, croyez-moi. Rien à voir avec Mélenchon qui, lui, plus artisanal, prône le dégagisme, avec son balai de sorcière à l’ancienne, sa blouse grise et ses dessous de bras sentant le peuple d’avant qui ne prenait une douche qu’une fois par semaine aux bains municipaux. Non, avec Macron, c’est comme chez McDo, on pourrait y manger par terre dans les toilettes : on ne craint pas d’attraper une maladie, tout au plus de mourir d’ennui et en bonne santé. Des toilettes, toutes semblables, que l’on soit à Paris, Shangai ou Los Angeles. C’est beau, l’hygiène, avec Macron. Cela ne sent rien. Tout au plus la violette synthétique.

Alors, va pour l’hygiène démocratique ! M. Ferrand, n’oubliez pas vos gants hygiéniques et de laisser l’isoloir dans l’état où vous l’avez trouvé.

Dans le panthéon grec, Hygie était la déesse de la prévention. Elle avait une sœur qui portait pour nom Panacée qui, elle, était la déesse de la guérison. Les temps ne sont plus à prévenir mais à guérir.