vendredi 10 mars 2017

Robert Hue se met En marche !

Hue PCF

On le pressentait depuis le 2 mars, Robert Hue, ancien communiste, a officialisé son ralliement à Emmanuel Macron. Au début du mois, le fondateur de Mouvement unitaire progressiste avait publié un communiqué où il expliquait ce qui le rapprochait et ce qui le séparait du leader d'En marche ! le candidat attrape-tout. Hue se disait bien sûr effrayé par la perspective d'un second tour Fillon/Le Pen. Aussi séduit par la promesse de « renouveau démocratique » incarnée par l'ancien ministre de l'Économie que rebuté par « ses aspirations libérales ».,

Condition

Il assortissait donc son éventuel ralliement d'une question : « Je demande à Emmanuel Macron s'il est prêt à introduire explicitement dans son projet une loi majeure portant sur l'éthique et la transparence des finances, et tout particulièrement sur l'évaluation et le contrôle de l'action publique, concernant l'utilisation des fonds publics accordés aux entreprises privées et publiques. »

Ce vendredi matin, Robert Hue a définitivement franchi le Rubicon. Il s'en explique dans une tribune publiée par Le Monde. C'est bien la perspective d'une victoire de la droite dure, soit sous sa forme « radicalisée », sous-entendu François Fillon, soit sa forme extrême lepéniste, qui pousse l'ancien candidat du PC à l'élection présidentielle de 1995 à rejoindre l'ancien conseiller de François Hollande. « Quand les blés sont sous la grêle, fou qui fait le délicat… » écrit-il, citant Louis Aragon. Mais ce n'est pas seulement cette crainte qui motive sa décision. Le candidat a accepté sa demande du 2 mars et s'engage à faire cette loi de moralisation de la vie publique, demandée aussi par François Bayrou. « L'accord d'Emmanuel Macron d'intégrer à son projet cette proposition me paraît être une contribution économique et sociale majeure au rétablissement de la confiance avec les citoyennes et citoyens français. »

Désarroi

En ce sens, le « progressiste de gauche » va plus loin que Patrick Braouezec, un autre ex-refondateur du Parti communiste, membre du Front de gauche. Il a apporté son soutien au candidat En marche ! parce qu'il ne voulait pas le 24 avril regretter un autre choix : « Comme Daniel Cohn-Bendit, je pense qu'Emmanuel Macron est le seul candidat à permettre de ne pas se retrouver devant cette situation et d'éviter que les gens subissent une politique rétrograde. » 

Mais le président de la Plaine commune (communauté de communes de Seine-Saint-Denis) a appelé lors des législatives à voter pour des candidats PCF ou Front de gauche pour peser à l'Assemblée nationale et à poursuivre les luttes après le 18 juin. Un appel qui en disait long sur l'extrême désarroi de la gauche dans cette présidentielle décidément inédite.

Le 10/03/2017


Note BYR :D'Alain Minc à Robert Hue en passant par François Bayrou aggrémenté par les vieux pachydermes socialistes, y a pas à dire l'équipage Macron, ça à de la gueule ! pour les convictions politiques, on repassera...