jeudi 30 mars 2017

Un détenu en cavale tué par l’antenne GIGN de Tours

GIGN

Un membre de la communauté des gens du voyage, en cavale depuis septembre dernier, a été tué jeudi lors de son interpellation par les gendarmes du GIGN dans le Loir-et-Cher. Deux gendarmes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête. Craignant des troubles au sein de la communauté des gens du voyage, de gros renforts de gendarmerie ont été mobilisés jeudi après-midi pour assurer l’ordre dans le département, a-t-on indiqué de source proche de l’enquête.

Lors de l’opération, l’homme de 36 ans a opposé une “forte résistance” et les gendarmes ont ouvert le feu, tuant le détenu en cavale, a indiqué le procureur de la République de Blois, M. Frédéric Chevallier.

Détenu au centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne, l’homme avait bénéficié d’une permission de sortie mais n’avait pas regagné sa prison.

Recherché depuis, il avait été repéré récemment dans une ferme à Seur (Loir-et-Cher) où résident des proches

En raison de sa dangerosité présumée, l’antenne GIGN de Tours avait été mobilisé pour procéder à son interpellation en début d’après-midi.

L’homme avait dix-neuf condamnations sur son casier judiciaire, notamment pour des cambriolages et des braquages. Sa dernière condamnation datait d’avril 2016, lorsque le tribunal correctionnel de Poitiers l’avait condamné à 24 mois de prison, dont 9 mois avec sursis, pour deux cambriolages et un recel.

Il avait alors invoqué son addiction à l’héroïne pour expliquer ses actes, destinés, avait-il expliqué, à acheter de la drogue. Lors de sa condamnation, il avait déjà purgé un an en détention provisoire.

L'Essor de la Gendarmerie