jeudi 2 mars 2017

Un policier grièvement blessé, écrasé volontairement par un chauffard à Béziers

Police Hotel de police Toulouse


Un policier de la BAC de Béziers qui procédait à un contrôle mercredi soir a été sérieusement blessé, écrasé par une voiture qui tentait de prendre la fuite. Trois autres fonctionnaires ont été légèrement blessés.

Ce mercredi soir les policiers de la BAC (brigade anti-criminalité) de Béziers repèrent une voiture suspecte sur un parking de la Devèze, des hommes qui procèdent manifestement à une transaction de drogue. Les policiers s'approchent en voiture, l'un d'eux, descend pour procéder au contrôle.
 
Plusieurs personnes prennent alors la fuite à pied, le conducteur de la voiture tente de démarrer, et pour sortir de ce mauvais pas, il fonce sur le policier qui se retrouve coincé entre la voiture du malfaiteur et celle de la police. Le chauffard n'hésite pas à reculer et avancer à plusieurs reprises, écrasant volontairement le policier.
 
Le policier fait usage de son arme

Le fonctionnaire tire à plusieurs reprises sur les pneus de la voiture du malfaiteur pour l'impressionner. C'est finalement son collègue qui dégage la voiture de la BAC pour permettre au policier blessé de se dégager. Le chauffard réussit à prendre la fuite, la voiture sera retrouvée abandonnée un peu plus loin, vide.
Le policier âgé de 36 ans est sérieusement blessé aux jambes, trois jours d'ITT, et 15 jours d'arrêt de travail, mais aussi un choc psychologique important. Trois autres policiers ont été légèrement blessés en tentant d'interpeller le chauffard. Le syndicat Alliance Police Nationale dénonce cette nouvelle agression contre la police et demande une réponse ferme de la justice.

"Notre collègue est très choqué, les malfaiteurs n'ont plus aucune retenue".

"Le conducteur a délibérément foncé sur notre collègue, il s'est retrouvé coincé entre les deux voitures, il a été obligé de tirer. Il faisait marche avant, marche arrière pour l'écraser et le coincer. Notre collègue a été sérieusement blessé aux jambes, il est aussi très choqué par cette violence.

Après l'agression de Nîmes en début de semaine, où un homme a jeté un pavé dans le pare brise d'une voiture de police, ça fait beaucoup. Nous sommes inquiets, ces personnes n'ont plus aucune retenue. il faut une réponse judiciaire très ferme" explique David Leyraud du syndicat Alliance Police Nationale

Par Elisabeth Badinier le 02/03/2017

France Bleu