samedi 8 avril 2017

Campagne présidentielle : plus de drapeaux français pour les mal rasés

Eastwood


Par Gabriel Robin, SG du CLIC  le 08/04/2017

Lundi 10 avril, l’élection présidentielle rentrera dans la période de « campagne officielle », aux règles très strictes : égalité des temps de parole, affichage des panneaux électoraux, professions de foi et diffusion, sur les antennes du service public, des clips des candidats. Si les réseaux sociaux ont changé la donne (les différents candidats y diffusant régulièrement des vidéos), les clips officiels sont une tradition très attendue par les Français. Ils avaient été vus par 48 % de la population du pays en 2012.

Malheureusement, le CSA a jugé bon de brider à l’excès la créativité des candidats. Une feuille de route de onze pages leur a été distribuée, fixant des obligations indignes et grotesques. L’article 9, notamment, interdit aux candidats de « faire apparaître tout emblème national ou européen ».

Il n’y aura donc pas de drapeaux français dans les clips de campagne de l’élection présidentielle française ! Proprement ubuesque. Une source bien informée indiquait à la presse que le CSA avait eu peur que certaines vidéos puissent « miser sur un nationalisme délirant ». Pareillement, l’hymne national ne pourra pas être utilisé en illustration sonore.

Comment peut-on considérer qu’un drapeau français est l’expression d’un « nationalisme délirant » ?

À l’évidence, les candidats de « droite », ou souverainistes, sont les principales cibles de cette mesure. Il est difficile d’imaginer monsieur Poutou, madame Arthaud ou Benoît Hamon utiliser notre drapeau pour faire campagne. On voit, d’ailleurs, autant de drapeaux étrangers que de drapeaux français dans les meetings du candidat socialiste, à l’image de la fête consécutive à l’élection de François Hollande, qui s’était tenue place de la Bastille.

Cet événement, tout minime est-il, est symptomatique d’une période troublée. La France est devenue déraisonnable.

Par certains aspects, elle semble ne plus s’aimer. On la dit libertaire mais elle est bien souvent effrayée par les libertés. Elle est, aussi, ennuyée par ses propres paradoxes. Le cas Philippe Poutou en est exemplaire. Phénomène médiatique viral, le candidat trotskiste est la créature de la société du spectacle qu’il aimerait dénoncer.

Mal rasé, pas coiffé et dépenaillé, il a suscité la sympathie d’une partie des téléspectateurs et des médias. Le critiquer s’apparenterait même à « du racisme de classe ». Pourtant, son choix de tenue était savamment étudié. Déjà, Olivier Besancenot portait un blouson de cuir et un tee-shirt de manière à se distinguer des autres politiques, notamment du marxiste institutionnel qu’était, auparavant, le candidat du PCF et qu’incarne aujourd’hui Jean-Luc Mélenchon. Il ne s’agissait pas, ici, de respecter les classes populaires, mais de créer un personnage médiatique haut en couleur.

Mission accomplie.

De l’interdiction des drapeaux nationaux à la foire des « débats » dont on ne retient que de petites phrases et des postures, un même abaissement. La solennité est reléguée au placard.

 Ne reste que le « show »…