jeudi 6 avril 2017

Erdogan déraille complètement et insulte violemment les Européens

Erdogan tribune

Recep Tayyip Erdogan perd-il la tête ? En tout cas, ses accents nationalistes pour galvaniser ses troupes à 10 jours du référendum qu'il organise sont de plus en plus violents : "L'Europe n'a désormais plus rien à nous dire, ni à nous, ni à personne d'autre. Nous avons en face de nous un continent en train de pourrir » a-t-il déclaré dans un discours dans le nord-ouest du pays.

"Partis racistes"

"Les partis racistes tiennent les dirigeants et les gouvernements européens dans le creux de leur main", a-t-il poursuivi avant de conclure, plus violent que jamais : "L'Europe n'est plus le centre de la démocratie, des droits de l'Homme et des libertés, mais celui des pressions, de la violence et du nazisme".

À 10 jours d’un référendum crucial pour le pays qui déterminera le renforcement ou non de ses pouvoirs présidentiels, Recep Tayyip Erdogan joue ses dernières cartes en s’attaquant encore et encore à l’UE. Son objectif : capitaliser sur l’indignation suscitée en Turquie par l’interdiction des meetings en Europe au début de l’année 2017. En mars dernier, le Président turc avait accusé les dirigeants des Pays-Bas de « vestiges du nazisme » après que son ministre des Affaires étrangères a été interdit d'atterrir aux Pays-Bas pour donner un meeting vantant sa réforme.

Ces déclarations fragilisent plus que jamais la relation entre les deux partenaires commerciaux qui coopèrent sur la question migratoire et sur le dossier de la lutte antiterroriste.

Le 06/04/2017

Valeurs Actuelles