jeudi 27 avril 2017

La Réunion : deux policiers blessés par un jeune soupçonné de radicalisation

Policiers

Deux policiers ont été blessés à Saint-Benoît (La Réunion) ce jeudi matin par un homme «soupçonné de radicalisation». Ce dernier leur a tiré dessus lors de son interpellation à son domicile, a annoncé la préfecture de l'île.

Suite à un signalement sur la plate-forme de la police judiciaire Pharos, les forces de l'ordre sont intervenues chez un homme suspecté d'apologie du terrorisme. D'après l'Agence France-Presse, le groupe d'intervention de la police nationale (GIPN) s'est présenté à l'aube, vers six heures. Le jeune homme, âgé de vingt-deux ans selon Le Parisien , a refusé de se rendre et a tiré au fusil sur les policiers. Ces derniers ont riposté et rapidement maîtrisé l'assaillant mais deux fonctionnaires ont été blessés au bras et à la main. Ils ont été hospitalisés mais leurs jours ne sont pas en danger.

Le suspect, d'origine réunionnaise, est connu des forces de l'ordre d'après le site Imazpress. Les voisins affirment qu'il s'agit d'un homme discret, «tranquille, qui disait bonjour à tout le monde et ne cherchait pas d'emmerdes». Avant d'ajouter: «On a bien vu qu'il s'était laissé pousser la barbe depuis quelque temps, mais on n'y a pas prêté attention plus que ça». Selon I'AFP, il se serait récemment converti à l'islam.

Des perquisitions ont eu lieu jusqu'à 11h30 (heure locale) et la mère du suspect a été emmenée au poste afin d'être entendue par la police. D'après Le Parisien, des produits servant à faire des explosifs ont été saisis. Les forces de l'ordre sont aussi intervenues au même moment dans un autre immeuble de la ville. L'opération s'est déroulée sans heurt ni interpellation.

La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie pour tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Un rassemblement de policier avait eu lieu la veille devant la préfecture afin de réclamer davantage de «protection et de reconnaissance». D'après Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat Unité SGP-FO, «cette violente agression contre les policiers à La Réunion montre que les policiers ne sont en sécurité nulle part sur le territoire français».
 
Une filière djihadiste, la première dans un territoire français d'outre-mer, avait été démantelée à La Réunion en juin 2015. Elle était dirigée par un prédicateur salafiste présumé de 21 ans surnommé «l'Égyptien». Il a été interpellé en juin 2015 et transféré à Paris, où il a été mis en examen et incarcéré. Selon les chiffres de la préfecture de La Réunion, une centaine de personnes sont soupçonnées de radicalisation dans l'île.

Par Esther Paolini le 27/04/2017

Le Figaro