mardi 25 avril 2017

L’Arabie Saoudite rejoint la Commission de la condition de la femme de l’ONU

Saoudiennes

Et non, vous ne rêvez pas ! A partir de 2018, l’Arabie Saoudite rejoindra la Commission de la condition de la femme des Nations unies, selon l’ONG UN Watch.

Dans un communiqué publié samedi 22 mars, le président de l’ONG UN Watch, Hillel Neuer a résumé la situation : « C’est comme désigner un pyromane, chef des pompiers de la ville ». L’Arabie Saoudite intégrera donc cette commission dédiée « à la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ». Selon l’ONG, 15 des 45 Etats membres auraient voté pour inclure l’Arabie Saoudite de 2018 à 2022. Douze autres pays rejoignent la Commission : l’Algérie, l’Irak, le Congo, le Ghana, le Kenya, les Comores, le Turkménistan, l’Équateur, le Nicaragua, Haïti, le Japon et la Corée du sud.

Certains parlent d’une avancée

Pourtant dans la monarchie du golfe, les femmes ne peuvent faire que très peu de chose par elles-mêmes. Elles sont sous la tutelle d’un mahram, leurs pères, leurs frères ou leurs maris, dont elles doivent avoir l’autorisation pour conduire, par exemple. Il s’agit également du seul pays au monde où elles n’ont pas le droit de conduire

Depuis 2015 cependant, elles ont le droit de vote.

Certains utilisateurs ont réagi sur Twitter, évoquant une petite avancée, importante pour le pays et pour les femmes. C’est le cas de l’administratrice du programme de développement des Nations Unies, Helen Clark : « Il est important de soutenir ceux qui, dans ce pays, s’efforcent de changer les choses pour les femmes. Les choses changent, mais lentement. »

Par Manon Aublanc le 25/04/2017

20 Minutes