mardi 25 avril 2017

Lettre ouverte aux militants sincères de Jean-Luc Mélenchon…

France insoumise

Boulevard Voltaire

Par Christopher Lannes * le 25/04/2017

Au regard des résultats du premier tour, je n’ai pu m’empêcher d’avoir, sans en partager le combat, une sincère empathie pour vous, les militants de Jean-Luc Mélenchon, qui aura incontestablement été le meilleur politique de cette campagne, et l’incarnation de la meilleure dynamique.

Tant d’efforts de votre part pour vous retrouver devancés à la fois par la vieille droite bourgeoise qui vote mollement par intérêt de classe, et par la marionnette Macron, pur produit marketing propulsé par l’oligarchie et les médias, vide de convictions… et de programme. En toute sincérité, en tant qu’électeur du camp national, j’aurais préféré me retrouver face à vous au second tour, pour assister à un vrai duel, à une vraie confrontation, idées contre idées, convictions contre convictions.

Au lieu de ça ? Nous nous retrouvons face au vide, le vide intersidéral qui a attiré à lui toute la classe politique, de gauche comme de droite. Comme un trou noir aspirant les vieilles étoiles mortes, dont certaines n’ont jamais brillé. À l’heure où nous parlons, votre candidat n’a pas donné de consigne de vote. Il n’est pas tombé dans le piège grossier du « front républicain » et beaucoup de ses électeurs on fait de même.

Le soir du premier tour, je me suis livré à une expérience de pensée. En cas de second tour Macron-Mélenchon, quel serait mon vote ? La réflexion n’aura pas été longue : abstention ou blanc, certainement. Mélenchon, peut-être. Macron, jamais.

J’ose espérer que, sinon les mêmes valeurs, la même cohérence nous anime.

Je m’adresse donc ici à tous les militants sincères de Jean-Luc Mélenchon, ceux qui ont porté la « France insoumise » à ces résultats, malgré tout remarquables. Je les invite à sortir de cette regrettable vision binaire qui annihile toute pensée politique : le banquier contre la fasciste. Car, sur bien des aspects, le programme de  

Marine Le Pen se rapproche de vos attentes.

− Économie : protectionnisme, réindustrialisation, État fort, interventionnisme, retraite à 60 ans, retrait de la loi Travail, 35 heures, justice sociale…
− Démocratie : référendums, référendum d’initiative populaire, conditionnement de toute révision constitutionnelle à un référendum, proportionnelle intégrale à l’Assemblée, liberté d’expression…
− Droit des femmes : Marine Le Pen, en plus d’être la seule femme d’influence de cette élection, est la seule à prendre le problème à la racine en faisant de la lutte contre l’islamisme, qui fait régresser les libertés féminines partout dans le monde, sa priorité dans ce domaine.
− Écologie : soutien des filières locales et des circuits courts, refus des traités de libre-échange (type TAFTA), développement des énergies renouvelables, interdiction de l’exploitation du gaz de schiste et des OGM, protection animale…
− Souveraineté : souveraineté du peuple, libération de la tutelle européenne afin de retrouver à la fois notre liberté législative, territoriale, monétaire et économique.
− Sécurité : ai-je besoin d’argumenter sur ce point ?

Oui, le programme de Marine Le Pen vous parle à bien des égards. Rien de surprenant : il s’agit d’un programme national. Alors, certes, reste un problème : l’aspect identitaire, entre autres, qui à ma grande incompréhension demeure un obstacle pour certains. Qu’importe, je ne suis pas là pour vous convertir à l’identitarisme, simplement pour vous faire part de ce qui – une fois n’est pas coutume – nous rassemble.

Pourriez-vous en dire autant d’Emmanuel Macron ? Sans doute serez-vous nombreux, le 7 mai, à choisir l’abstention ou le vote blanc. Pour ceux qui restent, un choix s’imposera : une France souveraine, indépendante, démocratique, sûre et libre ; ou une France soumise, inféodée à Bruxelles, à la haute finance et aux puissances d’argent.

Qu’importe votre vote, j’espère qu’il se fera en conscience et que, malgré nos divergences, nous nous retrouverons au moins sur le chemin de la cohérence.
* L'auteur ou les auteurs du présent article ne sont en rien membres du FN, du RBM ou d'un mouvement de cette famille politique -à la connaissance du BYR- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici.