samedi 22 avril 2017

Présidentielle 2017 : une note secrète détaille les risques autour du scrutin

Vote France

L'attentat terroriste perpétré le 20 avril sur l'avenue des Champs-Élysées a rappelé à la France à quel point la menace jihadiste plane sur l'élection présidentielle. À la veille du premier tour du scrutin, une note confidentielle, rédigée de concert par les services de renseignement et la Direction centrale de la sécurité publique et révélée par Le Parisien, la qualifie de "constante et prégnante".
Pour limiter tous les risques, les bureaux de vote seront ainsi sous haute surveillance policière tout au long de la journée électorale. "Des prises de contact avec les présidents des bureaux de vote et la présence d'effectifs équipés devront être prévues lors des scrutins et jusqu'à la fin des dépouillements, ainsi que dans les préfectures, lieux de centralisation et de validation des résultats", détaille le document. Afin de disposer de suffisamment d'effectifs, des "restrictions de congés et des rappels sont imposés durant l'ensemble de la période" de la présidentielle.

Pour protéger les 70.000 bureaux de vote en France métropolitaine et outre-mer, "nous avons plus de 50.000 policiers, gendarmes, militaires de l'opération Sentinelle avec les polices municipales qui vont être déployés", précisait Pierre-Henry Brandet le 19 avril sur RTL.

Les autorités craignent des débordements

Les autorités redoutent par ailleurs qu'après 20 heures, moment de la promulgation officielle des résultats, des rassemblements dégénèrent dans les villes et les quartiers sensibles. Toujours selon les policiers, les tensions pourraient être exacerbées en cas de qualification de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon au second tour.
"Toutes les Directions départementales de la sécurité publique (DDSP), sans exception, ont fait part de leurs craintes de troubles à l'ordre public en cas de présence de partis politiques dits extrémistes au second tour de la présidentielle. Dans ce cas, des manifestations sont à envisager avec une quasi-certitude. Des mouvements d'extrême gauche, plus ou moins implantés, chercheront sans nul doute à organiser des manifestations dont certaines pourraient entraîner des troubles sérieux."

Les éventuelles mobilisations des agriculteurs, des personnels hospitaliers et des lycéens sont aussi à craindre, selon les autorités. "Des patrouilles seront dédiées à la protection des bureaux de vote, confirme un haut fonctionnaire. Des permanences judiciaires vont également être mises sur pied afin de gérer des gardes à vue en cas d'interpellations lors de rassemblements ou de manifestations."

Par Ludovic Galtier le 22/04/2017

RTL