dimanche 30 avril 2017

Ralliement de Nicolas Dupont-Aignan : un geste digne du général de Gaulle

Drapeaux France


Par Bertrand Dunouau le 30/04/2017

Ce vendredi 28 avril 2017, la France et notre République démocratique ont vécu un tournant historique, et cela grâce à votre courage, Monsieur Dupont-Aignan. Vous avez déclaré publiquement, pendant le journal de France 2, que vous souteniez madame Le Pen, non sans avoir auparavant pris le temps d’expliquer, ce malgré les interruptions de monsieur Delahousse, les raisons solides et logiques qui vous ont amené à prendre cette décision.

Merci à vous. Merci, en effet, d’avoir pris le temps d’expliquer qu’il faut désormais arrêter d’opposer le patriotisme et la République.

Merci, aussi, d’avoir pris le temps d’affirmer que madame Le Pen ne représente pas l’extrême droite. Merci, encore, d’avoir pris le temps de déclarer qu’au nom d’une certaine idée du gaullisme, vous vous deviez de discuter avec madame Le Pen et de l’aider dans ce second tour à accéder au pouvoir, tout en obtenant une place pour vos idées dans son futur gouvernement. Merci de considérer que l’intérêt supérieur de la nation n’est plus de se complaire dans une vision passéiste du Front National que représenterait madame Le Pen, mais bien de considérer que le futur imposé par monsieur Macron est un véritable acharnement antidémocratique qui cherche à éradiquer l’essence même de notre pays au profit d’intérêts interchangeables mais surtout aléatoires, mondialistes et hors-sol.

N’oublions pas que le général de Gaulle s’est battu pour chasser l’Allemagne nazie de notre pays, certes, mais qu’il a aussi dû parfois se battre contre ses propres alliés, notamment contre les intérêts du président américain Franklin Delano Roosevelt, plus intéressé à transporter des boissons gazeuses et des chewing-gums à vendre en Europe au sortir du débarquement que des troupes françaises ou des armes pour la Résistance !

Merci, donc, d’avoir choisi le parti de la France, d’avoir choisi le parti de la civilisation contre celui de l’abrutissement, d’avoir choisi le parti de la culture contre celui de la consommation de masse irraisonnée, merci d’avoir choisi le parti de l’amour patriotique contre celui du désamour national, d’avoir choisi le parti de la démocratie ouverte contre celui de l’oligarchie fermée, de représenter les souffrances du peuple contre ceux qui les organisent, merci, enfin, d’avoir choisi de ne pas faire de concessions à la bien-pensance et de ne pas grossir les rangs de l’affront républicain.

M. Dupont-Aignan, aujourd’hui, votre geste est digne de la France, digne du général de Gaulle, digne de votre parti : Debout la France !