jeudi 11 mai 2017

En marche pour le désastre


Le mouvement politique créé pour et uniquement pour permettre à Emmanuel Macron de devenir président de la République -qui, personne ne l'a encore tellement révélé, reprenait les initiales du prénom et du nom de son fondateur !- a, on le sait, dès le lundi 8 mai changé d'appellation, il se dit désormais "La République en Marche !".

Et bien, l'info est évidemment exclusive, le nom réel du parti présidentiel est bien plus explicite puisque en fait c'est "La République en Marche vers le Désastre !".

Il suffit pour cela de regarder, d'observer posément, simplement, les conséquences immédiates de l'élection d'Emmanuel Macron : tout continue comme s'il ne s'était rien passé, les mêmes conseillers sont là, derrière le président, les mêmes politiques catastrophiques, les mêmes prévisions économiques, les mêmes diversions fausses quant à l'immigration de masse et son corolaire (que nous verrons d'ici peu), la discrimination positive, déjà essayée par Nicolas Sarkozy, mais qui risque de se mettre en oeuvre avec ce quinquennat. La preuve en est avec cette compilation de photos mises en illustration de cet article qui mets en évidence le "conseiller des princes", le terrifiant Jacques Attali passé en 35  ans de Mitterrand à Macron en passant par Chirac, Sarkozy et Hollande !

Le seul changement visible se perçoit du côté des vieilles formations politiques que sont le parti de droite LR (ex-UMP, ex-RPR...) et le PS qui se posent sérieusement des questions existentielles du genre "faut-il soutenir la politique de celui que l'on a contribué à faire élire ?".

Emmanuel Macron est la continuitée parfaite de François Hollande et en cela, les dirigeants de  l'Union européenne qui ont dors et déjà adressés en des termes qui révèlent la soumission, sa feuille de route à l'Elysée, peuvent évidemment se frotter les mains et arborer le rictus d'un sourire ironique de victoire.

Il faut donc de retrousser les manches et démontrer de nouveau que face à ce désastre qui s'annonce, le mouvement patriote et bel est bien présent et en ordre de bataille.

Le dimanche 7 mai, nous avons peut-être perdu une bataille, mais certainement pas la guerre 10 600 Françaises et Français ont choisis de glisser le bulletin portant le nom de Marine Le Pen dans les urnes, ce n'est pas rien, soyons redevable de cette forte affirmation et ne lâchons rien.

GS