dimanche 21 mai 2017

Être une femme et être fière d’être au Front National

Marianne face

Tribune libre de Stéphanie Sutter, élue FN au conseil municipal de Saint-Nazaire du 05/07/2017

Engagée depuis quatre ans au Front National (FN), en qualité de femme, je suis très fière de faire parti de ce mouvement.

J’aimerai revenir sur certains points qui m’agacent particulièrement. Depuis mon arrivée au conseil municipal de Saint-Nazaire, j’entends souvent mes consœurs et confrères du Parti socialiste (PS) et de la droite, dire que la position de la femme au FN est mise en défaut, qu’elle est considérée comme bobonne au foyer.

Sachez qu’il n’en est rien ! Ce n’est pas ce que je vis au quotidien au sein de mon mouvement politique.

Mes collègues m’ont témoigné dès mon arrivée, le plus grand des respects. La première chose que l’on m’a demandé, c’est : « Que souhaites-tu apporter ? »

J’ai répondu : « Ma vision de femme active, concernée par son environnement, ma vision sur le monde, sur ma ville dans laquelle j’ai été très active professionnellement et associativement, ma vision sur l’éducation des enfants, mes prises de position sur le handicap et ma relation aux politiques sociales ».

Quels que soient les points de vue que j’aborde en réunion, et même si j’aime à apporter la contradiction et me faire l’avocat du Diable, je suis pleinement prise en compte dans mon opinion. Nous discutons, nous échangeons, nous devisons, nous débattons. Je ne suis pas femme à courber l’échine et mes idées, je les défends bec et ongles.

Revenons sur les subventions du Planning familial. Pour diverses raisons, les femmes ont recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Nous le comprenons, et c’est pourquoi nous avons voté les subventions. Mais en qualité de femme, je ne peux que rejoindre Marine Le Pen concernant les IVG de confort. Que l’on interrompe une fois, deux fois une grossesse, je peux le comprendre. Des circonstances de vie, une grossesse mal engagée ou inattendue ou malvenue, cela peut arriver. Mais il faut apprendre de ses erreurs.

Au-delà de deux IVG, je ne comprends plus les femmes. Au-delà de deux, je considère que les femmes ne respectent pas leur corps et ne respectent pas le petit être en devenir qu’elles portent. C’est faire bien peu de cas de ce qu’est la vie.

Ce qui prime dans ces cas-là c’est l’information, la prévention. On ne peut pas jouer avec comme cela et encore plus dans notre société actuelle qui se dit éclairée.

Revenons sur la parité entre femmes et hommes. C’est de la pure stupidité. Ce qui importe, ce sont les compétences. C’est le message que porte Marine Le Pen. Elle vient de le déclarer. Si elle est élue présidente, elle n’appliquera pas la parité femmes et hommes au sein des ministères. Je ne peux qu’être en phase. je suis convaincue par la méritocratie. Quel que soit le sexe, le plus important, ce sont les compétences. Si l’on se base là-dessus, si l’on reconnait pleinement les qualités de chacun, les rôles se répartissent naturellement. Et peut-être qu’au final, il y aura plus de femmes que d’hommes !

Enfin, j’aimerai qu’au conseil municipal nous abordions le porte-feuille des français, et plus particulièrement celui des Nazairiens. Malgré ce que les socialistes veulent faire croire, cela ne va pas si bien que cela à Saint-Nazaire. Beaucoup de Nazairiens touchent entre 700 et 900 euros par mois. Les élus socialistes ne sont pas concernés par cela. Madame Deniaud perçoit 4 500 euros mensuels de la Mairie. Quant au maire, il gagne de l’ordre de 10 000 euros.
Selon moi, les élus socialistes ne sont pas représentatifs des gens ordinaires. En toute honnêteté, je perçois 500 euros par mois. Je suis solidaire des Nazairiennes et des Nazairiens qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Je connais leurs difficultés, contrairement au PS. Et j’aimerai que ce dernier, qui se dit attentif à la justice sociale, prenne vraiment en compte ces bas salaires.

A quand dans le Conseil Municipal, on débat vraiment des choses importantes ?

Saint-Nazaire Bleu Marine