samedi 27 mai 2017

Grève : les conducteurs de matières dangereuses poursuivent leur mouvement

Camions de carburant

La colère gronde et le mouvement se durcit. En Île-de-France, les conducteurs de camions transportant des matières dangereuses, telles que le carburant, le gaz et des produits chimiques, ont reconduit jusqu'au lundi 29 mai leur grève entamée au premier jour de ce week-end de l'Ascension prolongé. La fédération CGT-Transports promet que le mouvement, bénéficiant également d'une "bonne mobilisation" dans l'Ouest, "va s'amplifier". La CGT exige la reconnaissance dans la convention collective du transport routier des "spécificités" propres aux matières dangereuses. Elle revendique notamment une durée journalière de travail maximale de 10 heures, un suivi médical semestriel spécifique, un taux horaire minimal de 14 euros de l'heure et un treizième mois.

D'après Fabrice Michaud, secrétaire fédéral, "un peu plus de 70% des conducteurs" d'Île-de-France n'ont pas pris le volant samedi 27 mai et l'activité des neuf dépôts d'essence franciliens était ralentie à des degrés divers, contre huit sur neuf la veille. Sur les sites, aucun blocage n'est constaté, mais les arrivées des camions sont filtrées, explique le syndicaliste. Les dépôts, où les conducteurs sont le plus mobilisés, se situent à Donges (Loire-Atlantique) et à La Rochelle (Charente-Maritime).

Pour l'heure, toute pénurie d'essence, comme celle du printemps 2016, est exclue par l'Union française des industries pétrolières, la grève ayant été anticipée. Selon la CGTles stations essence ont en temps normal une autonomie de trois jours

Par Ludovic Galtier le 27/05/2017

RTL